Logo SHSB

Biographie de Isapo-Muxika (Pied de Corbeau/Crowfoot)

Né vers 1830 en Saskatchewan et décédé le 25 avril 1890, Crowfoot était un chef de la nation Siksika des Pieds-Noirs (Blackfoot). Lors d'une épidémie de variole en 1869 et 1870, il devient un des trois chefs principaux de la Nation des Pieds-Noirs et ultimemement, devient le chef de la confédération. Il a adopté comme fils Pitikwahanapiwiyin (Poundmaker), un cri qui ressemblait de façon étrange à son fils qui était décédé.
 
Il est reconnu pour son désir de maintenir la paix plutôt que de se combattre contre les autres peuples autochtones et le gouvernement. Il a aussé été un des signataires du Traité no 7.
 
Avant l'âge de 20 ans, il avait participé à 19 batailles et avait été blessé à six reprises. Après ceci il a décidé qu’il ne voulait plus être guerrier. Il s'est plutôt tourné vers l'élevage de chevaux. 
 
En 1865 également, Crowfoot fut le premier à attirer l'attention de la population blanche locale en raison du rôle important qu'il a joué dans une bataille à Three Ponds, qui se déroula juste à l'est du village actuel de Hobbema, en Alberta. Le père Albert Lacombe, un missionnaire oblat, était en visite dans un camp de Pieds-Noirs qui a été attaqué par des Cris. Malgré leur infériorité numérique et malgré les pertes, les Pieds-Noirs ont tenu les pilleurs pendant plusieurs heures au cours de la nuit. Juste avant l'aube, le père Lacombe a essayé de passer d'une ligne à l'autre pour demander une trêve, mais il n'a pas été reconnu par les Cris et a été blessé par une balle qui a ricoché. Lorsque la bataille semblait perdue, Crowfoot arriva avec un grand nombre de guerriers et l'ennemi fut bientôt mis en déroute.
En 1876, il a rencontré Sitting Bull (Ta-tanka I-yotank) lors de l’exil du chef au Canada et quand il a appris que la tribu de Sitting Bull cherchait à obtenir la paix avec les Pieds-Noirs, il était heureux d’accepter l’offre de tabac du chef. Le grand chef sioux a été tellement impressionné qu'il a nommé son propre fils Crowfoot.
L'un des plus grands alliés de Crowfoot était la police montée du Nord-Ouest (P.M.N.-O.). À son retour d'une chasse au bison ratée qui laissait beaucoup de Blackfoot affamés, Crowfoot a appris que l'organisme gouvernemental responsable de son peuple était passé de la P.M.N.-O. au nouveau ministère des Affaires indiennes. Au cours des prochains mois, il a trouvé les nouveaux administrateurs insensibles par rapport à leur traitement des Indiens. En colère et désillusionné, il défia ouvertement la police pour la première fois au début de 1882, lorsqu'elle tenta d'arrêter un chef mineur de la tribu des Pieds-Noirs. Crowfoot commençait à se méfier du gouvernement et de la P.M.N.-O. et lorsque des agitateurs parmi les Cris et Métis ont commencé à visiter son camp, il a appris que les problèmes étaient répandus dans tout l'Ouest. 
 
En 1884, le commissaire aux Indiens a invité Crowfoot à se rendre à Regina et à Winnipeg. Comme l'avait espéré le commissaire, cette visite dans les grandes colonies blanches a détruit la conviction chez les Autochtones qu'ils étaient plus nombreux que les Blancs. Cette connaissance a eu d'importantes conséquences pour le comportement de Crowfoot lors de la Rébellion du Nord-Ouest de 1885. Il a refusé de participer à la Rébellion. Son fils adoptif, Poundmaker, a été envoyé en prison pour son rôle dans la Rébellion; libéré en 1886 pour rendre service à Crowfoot, Poundmaker meurt subitement dans le camp de Crowfoot seulement quatre mois plus tard.
Dans les dernières années de sa vie, il est surtout resté dans sa réserve et est décédé le 25 avril 1890.

Dempsey, Hugh A. "Biography – ISAPO-MUXIKA – Volume XI (1881-1890) – Dictionary of Canadian Biography." Home – Dictionary of Canadian Biography. http://www.biographi.ca/en/bio/isapo_muxika_11E.html.

Dempsey, Hugh A. Crowfoot: Chief of the Blackfeet. Halifax, Nova Scotia, Canada: Formac Publishing Company Limited, 2017.


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps