Logo SHSB

Louis Bernadin

Louis Bernadin : Mon train de vie
 
Voici quelques extraits du livre de Louis Bernadin :
 
« Elles étaient rares les femmes qui participaient directement à la guerre au début, mais au fur et à mesure que les conflits se prolongeaient, la Croix Rouge demandait des bénévoles ici et pour outre-mer afin d’aider à accomplir les multiples tâches. De plus, nombreuses étaient les femmes qui entreprenaient les travaux de champs pour combler l’absence d’hommes qui étaient partis au front. Nous, comme étudiants à l’école, nous avions à tricoter des carreaux de 4 pouces par 4 pouces de toutes les couleurs. Il me semble qu’on nous demandait aussi de ramasser les têtes d’une certaine mauvaise herbe qui donnaient une espèce de laine blanche, très légère. C’était, nous disait-on, pour isoler les cabines de pilotage de nos avions. J’espérais toujours qu’ils ne comptaient pas uniquement sur moi, car c’était rare et difficile à trouver. » p.156
 
« Nous entendions bien les adultes discuter autour de la table de cuisine, souvent dans une noirceur languissante, des faits de la première guerre, et d’autres reportés par la deuxième qui prenait de l’ampleur chaque jour. Les pourquoi de la guerre. Pourquoi le Canada s’était-il laissé entraîner dans une autre guerre si loin du pays? C’était mystérieux pour nous, et surtout pour les Québécois qui ne se sentaient pas obligés de participer à une telle guerre. Mais cette guerre-ci était pour sauver la France, ce qui n’était pas si mal. » p. 161
 
 
Bernardin, Louis (2008) Mon train de vie, auto-publié.

Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps