Logo SHSB

Biographie de Lena Fleury

Traduction en français :

Parmi les cinq hommes et femmes interrogés pour cette histoire, Lena est la seule qui est née à Ste-Madeleine et y a vécu jusqu'en 1939, quand la communauté a été officiellement transformée en pâturage.

Son père Norbert Boucher est né à Fire Mountain, en Saskatchewan, mais a déménagé à Ste. Madeleine vers 1908 pour s'installer sur une ferme dans la région de Red Deer Horn Creek. Lena est née en 1915 et elle est l'un des cinq enfants de Norbert Boucher et de Mary Fleury. Son frère et ses soeurs se nommaient Hilaire, Lily, Lucy et Ida.

Comme Lena se souvient, sa famille n'avait pas de terre, elle habitait tout  simplement dans une maison en rondins de deux pièces. Jusqu'en 1935, sa famille gagnait sa vie en creusant une racine de sénèque et en la vendant. Ils mangeaient du poulet, du lapin et du cerf des prairies. Le père de Lena était connu comme l’un des meilleurs tireurs de la province. La famille n'avait pas de ferme, juste un petit jardin où ils cultivaient des pommes de terre, des carottes et des navets. Mais pour prendre cette maigre récolte, le sol sableux avait besoin de beaucoup d’eau.

De 7 ans à 18 ans, Lena a fréquenté l’école quand elle le pouvait. Elle a terminé sa 6e année. Cependant, à cause du froid, elle ne pouvait pas aller à l’école en hiver car ses parents ne pouvaient pas lui fournir des vêtements chauds ni des chaussures. Lena se souvient qu'elle aimait l'école mais elle dit qu'il n'y avait aucune possibilité d'avancer.

« À cette époque, ce n’était pas comme aujourd’hui où vous pouvez aller en quelque part pour devenir infirmière, enseignante ou comptable. Je n’avais aucune éducation pour ça et je ne pouvais aller nulle part pour en apprendre plus. J'ai donc quitté l'école et c'était fini. »

En 1937, à 22 ans, Lena a épousé Dan Fleury, originaire de Sainte-Madeleine. Ils sont restés quelque temps chez son père, mais plus tard ont construit une maison pour eux-mêmes. C'est cette année-là que l'Administration du rétablissement agricole des Prairies s'est installée dans leur communauté. Même si les gens commençaient à déménager, elle et son mari ont voulu rester aussi longtemps qu'ils le pouvaient. Lena est toujours désolée d'avoir été obligée de quitter Ste-Madeleine :

« Je n’ai pas aimé quitter cet endroit. Nous sommes nés là-bas. Nous n’aimions pas quitter l’église et tout. Nous n’aimions pas ça, mais nous le devions. Ils n'ont jamais rien dit. Ils nous ont juste dit que nous devions sortir car ils allaient faire un pâturage et y mettre du bétail. »

Les Fleurys, comme la majorité à Sainte Madeleine, n'avaient jamais payé d'impôts. Ainsi, ils n’ont reçu aucune compensation ni indemnité pour la perte de leurs terres.

La mère de Lena est décédée en 1939 (son père a vécu jusqu'en 1972). Les deux parents sont enterrés dans le cimetière de Sainte-Madeleine, où se trouvent environ 400 tombes.

En 1943, Lena, Dan et leurs deux filles s'installèrent à Gerald, en Saskatchewan, où Dan travaillait à couper du bois, qu'il vendait au prix de 50 cents la corde. Ils ont également piégé des lapins et ont vendu les peaux pour 10 cents chacun.

Ils ont eu neuf enfants en tout, dont cinq sont nés à domicile, avec l'aide la tante de Lena, Véronique Fisher.

Après avoir quitté Ste-Madeleine, Lena a commencé à aider son mari et son père en faisant de la lessive. Finalement, ils économisèrent assez pour acheter 80 acres de terrain près de Binscarth, où ils avaient quelques bovins et une ferme. Quand Dan était trop malade pour travailler à la ferme, ils l'ont donnée à l'un de leurs fils, qui continue de cultiver la terre aujourd'hui.

Lena et Dan vivent à Binscarth. Lena aime jouer au bingo et elle fréquente la salle plusieurs fois par semaine pour socialiser.

Elle continue d'avoir de bons souvenirs de Ste-Madeleine et se souvient de la façon dont les gens se sont amusés. Elle se souvient des merveilleuses danses où personne ne buvait, les gens ne faisaient que danser. Son père était un grand violoneux et ils dansaient sur ses branles écossais, ses valses et ses gigues. Elle se souvient également que lorsqu'ils vivaient là-bas, même si tout le monde était pauvre, « si quelqu'un était plus pauvre que quelqu'un d'autre, ils l'aideraient ».

Lena dit que s'il y avait un moyen de récupérer le terrain, elle retournerait à Ste-Madeleine aujourd'hui.

Ste-Madeleine, Manitoba. Société Radio-Canada Ltée CBWFT, 0118/1398/2349. Centre du Patrimoine, Winnipeg, Manitoba, Canada.

Reference: 

Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps