Logo SHSB

Laurent (Larry) Desjardins (1923-2012)

Laurent Desjardins, mieux connu sous le sobriquet « Larry » est né à Saint-Boniface en 1923. Il était très actif dans les affaires communautaires, dans les sports et en politique. 
Avant sa carrière comme politicien dans l’Assemblée législative du Manitoba, il a joué le football professionnel avec les Blue Bombers de Winnipeg et était directeur général pour l’équipe de hockey junior des Canadiens de Saint-Boniface, aussi qu’un découvreur de talent pour les Canadiens de Montréal.
Durant la Seconde Guerre mondiale, il a servi dans la marine canadienne. 
La carrière politique de Desjardins a commencé au niveau municipal comme conseiller pour le conseil municipal de Saint-Boniface. Il était aussi membre du conseil d’administration de l’Hôpital Saint-Boniface pendant plusieurs années.
Il a débuté sa carrière dans l’Assemblée législative du Manitoba après avoir gagné son siège dans l’élection générale de 1959 pour la circonscription de Saint-Boniface. 
Comme franco-manitobain, il était avocat et défendeur d’une éducation francophone avec la création et l’adoption de la Loi 113. La Loi 113, à rétabli (depuis 1896) le français comme langue d’enseignement au Manitoba pour toutes les matières (sauf l’Anglais) ; obtention de l'égalité linguistique avec l'anglais. Desjardins démissionne de son cabinet le 10 février 1988.
En 1990, Desjardins a été intronisé dans le « Manitoba Sports Hall of Fame ».
Il décède à l’hôpital général de Victoria le 7 février 2012 à l’âge de 88 ans.
Laurent Desjardins est né en 1923 à Saint-Boniface. Il découvre les sports au St. Paul's College, lors de ses études secondaires. Une fois l'école terminée, il joue au baseball, d'abord comme lanceur pour les Norwood Seniors en 1941 et pour les St. Boniface Native Sons en 1942. C'est là que la marine canadienne le trouve, en 1943. Pendant la guerre, les rivalités sportives interarmes battent leur plein, et la marine cherche un lanceur pour son équipe.
 

Enrôlé le 4 mai 1943, il fait son entraînement à HMCS Chippewa, à Winnipeg, où il pratique également la boxe. Le 6 juin 1943, il est lanceur dans une partie de baseball contre l'équipe de l'aviation, et remporte la partie, gagnant 8 à 2.1 Mais son service militaire sera plus que le sport.
 
Laurent Desjardins devint membre de l'équipage sur le HMCS St. Boniface, un navire escorte dragueur de mines de la classe Algerine construit aux chantiers de Port Arthur (Thunder Bay) et financé par la ville de Saint­-Boniface. Le navire est lancé et baptisé le 10 septembre, 1943 et envoyé à Pictou, Nouvelle-Écosse. Le HMCS St. Boniface entrera en service comme navire commandant du groupe d'escorte W­5 de la Western Escort Force. Cette force assure la protection des convois navals de la côte canadienne jusqu'à 200 miles de la côte, où un autre groupe d'escorte prend la relève pour traverser l'Atlantique. Le HMCS St.Boniface fera ce travail 
jusqu'en juin 1944, ou il sera transféré au groupe d'escorte W­4 à la mi­-avril 1944, et assurera la protection des convois jusqu'en décembre de cette année-là. Suite à quelques réparations à Halifax, le navire fait un voyage d'entraînement aux Bermudes, puis rejoint le groupe W­4 jusqu'en avril 1945, quand un accident en mer met un terme à sa campagne.2
 
Pour Laurent Desjardins, pas de grandes actions militaires. "Sur l'océan infesté de U­Boote, le grand gars des plaines n'est pas trop dépaysé, puisqu'en haute mer, le ciel est tout aussi présent. Ses mauvais souvenirs ne tournent qu'autour des tempêtes le mal de mer à vouloir en mourir."3 Laurent épousa Bernice McGuire le 24 juin 1944 à l'église Holy Cross. Suite à la naissance de leur premier enfant, il fut démobilisé pour causes familiales le 18 juin 1945, après la victoire alliée en Europe. Il travailla avec son père au salon funéraire Desjardins, tout en restant actif dans le monde du sport. 
 
Plus tard, il se lança en politique, d'abords au conseil de ville de SaintBoniface, puis au niveau provincial. Il représenta la circonscription de St­Boniface de 1959 à 1988, d'abords comme membre du parti Libéral du Manitoba, puis dans le parti Néo­démocrate, où il siégea plusieurs années comme Ministre du tourisme, puis Ministre de la santé. Après sa retraite, Laurent s'impliqua dans l'organisation des vétérans de l'équipe de son navire, renouant des anciennes amitiés et organisant une rencontre à Winnipeg. Laurent Desjardins est mort à Winnipeg le 7 février 2012.
 
-----------------------------------------
1 Winnipeg Tribune, June 7 1943, p. 13
2 Informations tirées du site web For Posterity's Sake, A Royal Canadian Navy Historical Project, page HMCS St. Boniface 
3 Bocquel, Bernard (2008) Laurent Desjardins, un sportif en politique, p. 23
1 Winnipeg Tribune, June 7 1943, p. 13
2 Informations tirées du site web For Posterity's Sake, A Royal Canadian Navy Historical Project, page HMCS St. Boniface 
3 Bocquel, Bernard (2008) Laurent Desjardins, un sportif en politique, p. 23
Laurent Desjardins est né en 1923 à Saint-Boniface. Il découvre les sports au St. Paul's College, lors de ses études secondaires. Une fois l'école terminée, il joue au baseball, d'abord comme lanceur pour les Norwood Seniors en 1941 et pour les St. Boniface Native Sons en 1942. C'est là que la marine canadienne le trouve, en 1943. Pendant la guerre, les rivalités sportives interarmes battent leur plein, et la marine cherche un lanceur pour son équipe.
 
Enrôlé le 4 mai 1943, il fait son entraînement à HMCS Chippewa, à Winnipeg, où il pratique également la boxe. Le 6 juin 1943, il est lanceur dans une partie de baseball contre l'équipe de l'aviation, et remporte la partie, gagnant 8 à 2.1 Mais son service militaire sera plus que le sport.
 
Laurent Desjardins devint membre de l'équipage sur le HMCS St. Boniface, un navire escorte dragueur de mines de la classe Algerine construit aux chantiers de Port Arthur (Thunder Bay) et financé par la ville de Saint­-Boniface. Le navire est lancé et baptisé le 10 septembre, 1943 et envoyé à Pictou, Nouvelle-Écosse. Le HMCS St. Boniface entrera en service comme navire commandant du groupe d'escorte W­5 de la Western Escort Force. Cette force assure la protection des convois navals de la côte canadienne jusqu'à 200 miles de la côte, où un autre groupe d'escorte prend la relève pour traverser l'Atlantique. Le HMCS St.Boniface fera ce travail 
jusqu'en juin 1944, ou il sera transféré au groupe d'escorte W­4 à la mi­-avril 1944, et assurera la protection des convois jusqu'en décembre de cette année-là. Suite à quelques réparations à Halifax, le navire fait un voyage d'entraînement aux Bermudes, puis rejoint le groupe W­4 jusqu'en avril 1945, quand un accident en mer met un terme à sa campagne.2
 
Pour Laurent Desjardins, pas de grandes actions militaires. "Sur l'océan infesté de U­Boote, le grand gars des plaines n'est pas trop dépaysé, puisqu'en haute mer, le ciel est tout aussi présent. Ses mauvais souvenirs ne tournent qu'autour des tempêtes le mal de mer à vouloir en mourir."3 Laurent épousa Bernice McGuire le 24 juin 1944 à l'église Holy Cross. Suite à la naissance de leur premier enfant, il fut démobilisé pour causes familiales le 18 juin 1945, après la victoire alliée en Europe. Il travailla avec son père au salon funéraire Desjardins, tout en restant actif dans le monde du sport. 
 
Plus tard, il se lança en politique, d'abords au conseil de ville de SaintBoniface, puis au niveau provincial. Il représenta la circonscription de St­Boniface de 1959 à 1988, d'abords comme membre du parti Libéral du Manitoba, puis dans le parti Néo­démocrate, où il siégea plusieurs années comme Ministre du tourisme, puis Ministre de la santé. Après sa retraite, Laurent s'impliqua dans l'organisation des vétérans de l'équipe de son navire, renouant des anciennes amitiés et organisant une rencontre à Winnipeg. Laurent Desjardins est mort à Winnipeg le 7 février 2012.

Bocquel, Bernard (2008), Laurent Desjardins, un sportif en politique, Saint-Boniface, les Éditions du blé


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps