Logo SHSB

La Confédération ni pour ni contre - Les Écossais et les Anglais

De même que les Half-breed, les Écossais descendants des émigrés de Selkirk, et les autres Anglais restent tranquilles. Étant marchands ou agriculteurs, ils ne voient aucun inconvénient à l'annexion au Canada, qui leur promet le développement économique de la colonie. Certains croiront même que, depuis le début de la colonie de Selkirk, la compagnie de la Baie d'Hudson a tout fait pour entraver le développement économique de celle-ci.
 
La plupart de ces gens, originaires du Royaume-Uni, sont aussi bien disposés envers la couronne, et sont confiants que les gouvernements de celle-ci respecteraient leurs droits qui sont, après tout, des droits britanniques. Ils ne prendront pas les armes contre les représentants du gouvernement canadien, ni contre la compagnie. Et même s'ils ne sont pas d'accords avec les Métis, ils hésiteront longuement avant de prendre les armes contre eux. Certains s'exprimèrent clairement aux représentants de McDougall: 
«The character of the new Government has been settled in Canada without our being consulted. We are prepared to accept it respectfully, to obey the laws and to become good subjects; but, when you present to us the issue of a conflict with the French party, with whom we have hitherto lived in friendship, backed up, as they would be, by the Roman Catholic Church, which appears probable by the course at present being taken by the priests, in which conflict it is almost certain the aid of the Indians would be invoked, and perhaps obtained, by that party, we feel disinclined to enter upon it, and think that the Dominion should assume the responsibility of establishing amongst us what it, and it alone, has decided upon1.» 
 
Ne voulant exacerber les tensions dans la colonie, ils devront être encouragés par Donald Smith, envoyé du gouvernement canadien, à participer aux conventions et aux élections du gouvernement provisoire pour se faire représenter adéquatement dans les discussions qui auront lieu avec le Canada.
 

1  Lettre de J.S. Dennis à William McDougall, 27 octobre 1869, publiée dans Oliver, E.H., 1914-15, The Canadian North-West: Its Early Development and Legislative Records, minutes of the councils of the Red River Colony and the Northern Department of Rupert's Land, p. 881-882.

 


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps