Logo SHSB

Grande-Clairière

L'abbé Jean Gaire est connu comme l'un des importants colonisateurs de l'Ouest canadiens et il joua un rôle peu ordinaire dans le recrutement de Français et de Belges pour l'Ouest canadien. C'est à la lecture du Guide du colon français au Canada qu'il s'intéresse à l'Ouest canadien. En 1888, visitant l'Ouest de la province, il constate que «l'ouest de la province est en danger d'être perdu à tous jamais : les gens de sang français ne s'y rencontrent un peu que dans la paroisse du lac des Chênes (Oak Lake), et tout autour d'eux se pressent les Angalis protestants. Il y a là une position importante qu'il faut conquérir et assurer à tout prix.» C'est en s'arrêtant à la chaumière de Jean Léveillé qu'il découvre l'endroit près du Lac-aux-Érables où fonder Grande-Clairière. Il fait connaissance avec des Métis de la région dont Thomas Breland et Jean Léveillé. À la fin de l'hiver 1888-1889, Grande-Clairière comptait 12 familles (50 personnes) dont 2 sont françaises de la Loire-Inférieure, les Barbot et les Thiévin. Les autres sont métisses.  Actif il se démène pour s'installer cet été là. Il écrit : «J'y ai fait 3 fois le voyage aller et retour de Winnipeg, St-Boniface 3x600 = 1 800 km.; 4 fois le voyage de Brandon 4x200 = 800 km.; 25 fois le voyage d'Oak-Lake 25x64 = 1 600 km.; 2 fois le voyage de St-Pierre 2x175 350 km. et le voyage de St-Eustache, Ste-Agathe, Piguis, etc. 400 km. pour un total de 4 950 km. dont 900 km. au moins à pied.»

Le peuplement se fait rapidement, comme le note Donatien Frémont : «À la fin de juillet 1889, un an seulement après da fondation, Grande-Clairière groupait 43 feux et 150 âmes. L'abbé Gaire fit, cette année-là, son premier voyage en France. Il ramena 80 émigrants belges et français dont la moitié vint grossir le noyau de sa paroisse. D'autres suivirent peu après, si bien que Grande-Clairière compta 400 habitants en 1891 et 600 en 1892.» Rendu à ce point peuplé, il ne restait plus de terres disponibles pour de nouveaux colons. L'effort de colonisation se poursuit vers d'autres communautés.

En 1890, le premier bureau de poste ouvre ses portes sur le 12-6-25 et le maître de poste est Télesphore Gaboriault. Le bureau de poste ferme en 1967. C'est en 1905 que le Canadien national passe par Grande-Clairière et y transporte la poste trois fois par semaine. Les maîtres de poste ont été : P. Trothier (1893), H. D'Amizat (1894), Napoleon Filteau (1896), Frank Vassart (1909), Claude Rey (1912), Marcel Martine (1918), François Pallard (1925), Henri Boulet (1933), Amédée Boulanger (1942), Mary Hardy (1966) et Justine Boulanger (1967).

L'ajout d'une chambre à la maison de l'abbé Gaire servit de première chapelle. En 1890, on commence la construction de la première église qui fut agrandi l'année suivante. En 1893, un nouveau presbytère est construit et l'ancien transformé en école. En 1898, c'est un nouveau couvent qui s'élève et les soeurs de Notre-Dame des Missions s'y installent. Ces dernières assurent l'éducation. Le couvent est remplacé par un deuxième en 1899 et un troisième en 1905. En 1906, c'est un nouveau presbytère qui est construit et l'année suivante une nouvelle église. Un clocher, une nouvelle entrée et une sacristie sont ajoutés en 1923. Cette église est toujours debout au début du 21e siècle. 

En décembre 1923, un feu détruit le couvent et met fin à la présence des soeurs de Notre-Dame des Missions à Grande-Clairière. Toutefois, la construction d'une école en 1924 assure l'éducation des enfants. C'est en 1966 que l'école ferme définitivement et que les enfants sont transportés à Hartney School. En 1936, les Filles de la Croix aménagent dans le presbytère en face de la salle paroissiale. Elles quitteront la paroisse en 1955.

En 1928, une salle paroissiale ouvre ses portes et sert bien la communaté. En1985, on l'agrandit. Les activités communautaires demeurent importantes particulièrment dans le domaine des sports. Un club de curling est fondé et rond de curling est déménagé à Grande Clairière en 1964. Ce premier bâtiment de curling deveint avec les rénovations succèssives un important centre communautaire. Le jeu de balle connait aussi du succès. Le club de balle dure, Canucks, est formé en 1979. Celui de balle molle ou balle lente, Larry's Chickens est formé en 1983 et devient en 1985 le Grande Clairière Leftovers.

Jean Gaire, Dix années de mission au Grand Nord-Ouest canadien, Imprimerie de l'orphelinat de Don Bosco, 1898, 216 p. 

Historical Committee of Grande-Clairiere, Settlers Sand and  Steeple Grande Clairiere and District 1888-1988, Printed by Sanderson Printing, Souris, 1988, 240 p.

Donatien Frémont, Les Français dans l'Ouest canadien, 3e édition, Les Éditions du Blé, Saint-Boniface, 2002, 302 p.


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps