Logo SHSB

Notes du texte principal

 


Les collègues jésuites de Jean-Pierre Aulneau


Charles-Michel Mésaiger (1690-1766)
Premier missionnaire jésuite à se rendre à l'ouest du lac Supérieur sur la route de l'Ouest, Charles-Michel Mesaiger est né à Paris le 7 mars 1689 ou 1690. Ordonné prêtre vers 1720, il arrive au Canada en 1722 et est envoyé chez les Outaouais. Il prononce ses derniers vœux à Saint-Ignace des Outaouais (Michillimakinac) en 1726. Après 5 années dans les missions algonquines chez les Miamis, il est à Michillimakinac lorsqu'on lui annonce qu'on le destine aux missions de l'Ouest pour évangéliser les Mandanes. De Michillimakinac, il se joint à la première expédition de La Vérendrye le 1er juillet 1731. Après avoir passé l'hiver à Kaministiquia, il part avec La Vérendrye au printemps de 1732 pour le lac des Bois où, suivant les conseils de Mésaiger, La Vérendrye fait construire le fort Saint-Charles. Mésaiger hiverne au fort Saint-Charles avec La Vérendrye et ses hommes. Pour des raisons de santé, le missionnaire retourne à Montréal au printemps de 1733. Il sera, par la suite, nommé professeur à Québec, puis supérieur des missions des Jésuites au Canada. Il retourne en France en 1749 et sera pendant un certain temps à Paris comme procureur des missions du Canada. Il est décédé à Rouen le 7 août 1766, à l'âge de 76 ans.
Voir Lucien Campeau, « Mésaiger, Charles-Michel », Dictionnaire biographique du Canada en ligne


Claude-Godefroy Coquart (1706-1765)
Premier missionnaire jésuite à se rendre dans les prairies de l'Ouest canadien, Claude-Godefroy Coquart est né à Melun (Seine-et-Marne) le 20 février 1706. Il entre chez les jésuites à Paris en 1726 et part pour le Canada en 1740. Désigné par le supérieur de Saint-Pé pour accompagner La Vérendrye dans l'Ouest, il part avec l'expédition le 26 juin 1741. Coquart, cependant, s'arrête à Michillimakinac et refuse de poursuivre le voyage. Au début de l'automne 1743, Coquart arrive au fort La Reine (Portage la Prairie). Au printemps de 1744, il retourne à Michillimakinac avec La Vérendrye qui avait démissionné de son poste de l'Ouest. De retour à Québec, Coquart prend charge en 1746 de la mission du Saguenay et la desserte de Tadousac, avec résidence à Chicoutimi. Il est décédé en 1765 à Chicoutimi.
Voir Joseph Cossette, « Coquart, Claude-Godefroy », Dictionnaire biographique du Canada en ligne


Jean-Baptiste de la Morinie (1705-17(?))
Né à Périgueux (France) le 24 décembre 1705, le jésuite Jean-Baptiste de la Morinie vient en 1726 au Canada et on l'envoie à Détroit. Il est à Michillimakinac en 1750 lorsqu'on le nomme pour accompagner Legardeur de Saint-Pierre, successeur de La Vérendrye dans le poste de l'Ouest. Il se rend avec Legardeur de Saint-Pierre au fort La Reine (Portage la Prairie) où il passe l'hiver 1750-1751. Il retourne à Michillimakinac au printemps 1751. Durant la guerre de 1759-1760, de la Morinie est chez les Miamis, puis chez les Illinois. Il se rend en 1764 en Nouvelle-Orléans d'où il s'embarque pour la France. La date et le lieu de son décès ne sont pas connus.


Luc-François Nau (1703-1753)
Né à Noirmoutier (Île-de-France) le 17 janvier 1703, Luc-François Nau, jésuite, vient au Canada en 1734 en même temps que son collègue Jean-Pierre Aulneau. Surnommé « Hatépiate » (l'homme de cœur) par les Hurons, il œuvre à la mission Sault-Saint-Louis (Caughnawaga) près de Montréal. Souffrant de la goutte, il quitte le Canada en 1744. Il est décédé en France le 5 septembre 1753.
Voir Lucien Campeau, « Nau, Luc-François », Dictionnaire biographique du Canada en ligne


Pierre de Lauzon (1687-1742)
Originaire de Leignes-sur-Fontaine (Vienne) où il est baptisé le 13 septembre 1687, le jésuite Pierre de Lauzon arrive au Canada en 1716 et est envoyé à la mission de Lorette. En 1718, il est nommé à la mission du Sault-Saint-Louis (Caughnawaga) où il prononce ses vœux en 1721. Professeur d'hydrographie en 1721-1722, il retourne au Sault-Saint-Louis en 1722. Celui que les Amérindiens avaient baptisé « Cannenrontié w» est nommé supérieur des missions jésuites en Nouvelle-France en 1732 et recteur du collège de Québec. En 1733, il se rend en France pour recruter des renforts, spécialement pour les missions de l'Ouest. Il revient au Canada en 1734 avec les jésuites Jean-Pierre Aulneau et Luc-François Nau. En 1739, son mandat de supérieur terminé, il retourne au Sault-Saint-Louis. Il est décédé à Québec le 17 mars 1742.
Voir Joseph Cossette, « Lauzon, Pierre de », Dictionnaire biographique du Canada en ligne


Jean-Jard Boispineau (1689-1744)
Né vraisemblablement en Vendée le 11 septembre 1689, le frère coadjuteur Jean-Jard Boispineau est arrivé en Nouvelle-France en 1713. Celui qu'on appelait aussi « frère Jean l'Ancien » ou « frère Boispineau l'aisné » était apothicaire. En général, les frères coadjuteurs qui demandaient à entrer dans la Compagnie de Jésus avaient déjà acquis une certaine compétence dans leur métier. Ces frères voulaient participer à une œuvre apostolique mais ne désiraient pas être prêtre ou n'avaient pas la formation requise. Le frère Jean avait un frère, Charles, lui aussi frère coadjuteur et apothicaire, arrivé au Canada en 1721. Le frère Jean est décédé à Québec le 10 septembre 1744.
Voir C.-M. Boissonnault, « Boispineau, Jean-Jard », Dictionnaire biographique du Canada en ligne


Jean-Baptiste Chardon (1671-1743)
Le jésuite Jean-Baptiste Chardon est né à Bordeaux (France) le 27 avril 1671. Arrivé à Québec durant l'été de 1699, il était réputé maître des langues amérindiennes. Vers 1701, il se rend à Michillimakinac, puis à la Baie-des-Puants (Green Bay, Wisconsin). En 1725, il est désigné pour fonder une mission chez les Sioux. Lorsque Jean-Pierre Aulneau arrive au Canada en 1734, le père Chardon travaille à Montréal. Il se retire à Québec en 1735 où il est décédé le 11 avril 1743.
Voir Joseph Cossette, « Chardon, Jean-Baptiste », Dictionnaire biographique du Canada en ligne


Armand de La Richardie (1686-1758)
Né à Périgueux (France) le 4 janvier 1686, le jésuite Armand de La Richardie est arrivé au Canada en 1725. En 1728, il se rend à Détroit afin d'y établir chez les Hurons la mission de Notre-Dame-de-l'Assomption. Il est décédé à Québec le 17 mars 1758.
Voir E. J. Lajeunesse, « La Richardie, Armand de », Dictionnaire biographique du Canada en ligne


Michel Guignas (1681-1752)
Né à Condom (France) le 12 janvier 1681, le jésuite Michel Guignas arrive au Canada en 1716. De 1716 à 1721, il entreprend son premier séjour chez les Outaouais, prononçant en 1718 ses vœux perpétuels en l'église de Saint-Ignace à Michillimakinac. De 1722 à 1726, il remplace Pierre de Lauzon comme professeur d'hydrographie au collège de Québec. En 1727, il participe avec Degonnar à l'expédition chez les Sioux. Pendant 5 mois, il est prisonnier des Kicapous et des Mascoutens avant d'être adopté par un membre de la tribu. Sauf pour quelques années à Michillimakinac (1730-1731; 1737-1738), il œuvre dans les missions des Sioux jusqu'à son rappel à Québec en 1738 où il est décédé le 6 février 1752.
Voir Louis-Philippe Audet, « Guignas, Michel », Dictionnaire biographique du Canada en ligne


Jean-Baptiste de Saint-Pé (1686-1770)
Né à Pau (France) le 10 octobre 1686, le jésuite Jean-Baptiste de Saint-Pé vient au Canada en 1720. On lui confie les missions des Outaouais à Michillimakinac. Il est désigné pour accompagner La Vérendrye lors de son premier voyage dans l'Ouest en 1731, mais est remplacé par Charles-Michel Mésaiger. En 1739, il succède à Pierre de Lauzon comme supérieur des missions jésuites en Nouvelle-France et recteur du collège de Québec. Il est décédé à Québec le 8 juillet 1770.
Voir Lucien Campeau, « Saint-Pé, Jean-Baptiste de », Dictionnaire biographique du Canada en ligne


Pierre Du Jaunay (1705-1780)
Né à Vannes (France) en 1704 ou 1705, le jésuite Pierre Du Jaunay arrive au Canada en 1734. Ami et confrère de Jean-Pierre Aulneau, il accompagne en 1735 le père Jean-Baptiste de Saint-Pé à Michillimakinac (Mackinaw City, Michigan). Suite au décès d'Aulneau, il demande à plusieurs reprises d'être envoyé chez les Mandanes. En 1765, il est rappelé et la mission de Michillimakinac est fermée. Il est décédé à Québec le 16 juillet 1780.
Voir David A. Armour, « Du Jaunay, Pierre (Pierre-Luc) », Dictionnaire biographique du Canada en ligne


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps