Logo SHSB

Chronologie

1870 - L’Acte du Manitoba. L'article 23 de l'Acte du Manitoba, calqué sur l'article 133 de l' Acte de l'Amérique du Nord britannique (1867), stipule que l'anglais ou le français peuvent être utilisés à la législature provinciale et dans les cours de justice; mais les lois, les registres, les procès-verbaux et les journaux officiels doivent être publiés obligatoirement dans les deux langues. L'article 22 de l'Acte du Manitoba garantit un système d'écoles publiques confessionnelles subventionnées par la province.

1871 - L'Assemblée législative du Manitoba instaure un système scolaire confessionnel fondé sur la séparation complète du réseau catholique et du réseau protestant et dirigé par une Commission d'Éducation. Le réseau catholique était presque exclusivement francophone et le réseau protestant, anglophone.

1878 - La Section catholique du Bureau d'éducation adopte des règlements au sujet de la langue d'enseignement dans les écoles catholiques du Manitoba en précisant que la langue parlée par la majorité des contribuables d'un arrondissement sera celle enseignée à l'école.

1890 - Loi sur les écoles du Manitoba par le gouvernement provincial de Thomas Greenway. Le français n’est plus une langue officiel et enlevant aux groupes religieux le contrôle du système scolaire. Les institutions scolaires qui décident de rester confessionnelles sont ainsi privées de fonds gouvernementaux.

1896 - L'accord Laurier-Greenway permet les cours d'instruction religieuse après les heures de classes et autorise l'enseignement dans une langue autre que l'anglais, à la demande des parents, lorsque 10 élèves ou plus fréquentent une école de la province.

1916 - Loi Thorton (Thorton Act) : le gouvernement abolit l'enseignement bilingue de l'accord Laurier-Greenway et impose la scolarité obligatoire pour les enfants de 7 à 14 ans.

Les francophones de la province résistent et tentent d'assurer leur "survivance". On continue à enseigner le français de façon parfois clandestine dans plusieurs écoles rurales du Manitoba.

Création de l'Association d'éducation des Canadiens-français du Manitoba (AECFM) pour mieux encadrer cet enseignement. L'organisme devient ainsi le premier organisme de résistance et de revendication des francophones. Les directives gouvernementales sont donc ainsi ignorées ou adaptées aux besoins des francophones.

1919 - Création de l'Association des commissaires d'école de langue française du Manitoba, devenue en 1976 les Commissaires d'écoles franco-manitobains.

1937 - Fondation du Comité permanent de la Survivance française. L'organisme national est basé à Québec.

1947 - Le gouvernement permet l’enseignement de la discipline de français de la 7e à la 12e année.

1954 - Ils ajoutent les niveaux 4e, 5e et 6e.

1959 - Une Commission royale d'enquête sur l'éducation recommande que l'on permette d'enseigner le français à partir de la première année.


Share/Bookmark

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T(204) 233-4888 ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Here is the photo of the Centre du patrimoine on Google Maps