Logo SHSB

La Première Guerre mondiale

Introduction

Tous les peuples et toutes les nations ont connu, durant leur histoire, des conflits et des guerres. Les temps modernes n’échappent malheureusement pas à ce fléau. Au 20e siècle, la guerre de 1914-1918, appelée la « Grande Guerre », a marqué de façon indélébile notre société pour plusieurs raisons.


Cette guerre s’est démarquée des guerres antérieures par deux phénomènes nouveaux. En premier temps, elle a attiré dans le conflit au delà de trente pays y inclus le Canada. À ce titre, elle a véritablement été une guerre mondiale. De plus, c'est durant cette guerre qu'on a vu apparaître pour la première fois des outils et des engins de guerre d’une puissance et d’une capacité de destruction jamais vues auparavant. Notons à titre d'exemples les grosses batteries d’artillerie, les avions, les chars d’assaut, les mitraillettes, les sous-marins, les gaz toxiques, les barbelés et les mines. Ces engins étaient non seulement d'invention récente à l'époque mais des quantités énormes de ces engins ont été utilisées par les États belligérants. À titre d’exemple, notons qu'en 1914, les alliés lançaient environ 10 000 obus par jour sur les fortifications ennemies alors qu’en 1918 on en tirait 300 000.

Causes de la guerre

La France et le Royaume-Uni jouissent d'une certaine supériorité politique en Europe au début du 20e siècle. Pour sa part, l’Allemagne cherche à y développer sa propre sphère d’influence. Des tensions existent entre ces pays. Des alliances sont établies pour protéger et faire avancer les intérêts propres de chaque pays. Une alliance, dite l’Entente, regroupe la France, le Royaume-Uni, la Serbie et la Russie. Une autre alliance, dite l’Axe, regroupe l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’empire Ottoman qui comprend la Turquie. De plus, la France souffre encore de sa défaite contre l'Allemagne dans la guerre franco-prusse de 1870 qui avait vu l’Alsace et la Lorraine annexées par la Prusse, aujourd’hui l’Allemagne. Le climat en Europe est donc mûr pour des affrontements.

Déclenchement de la guerre

Un incident fâcheux met le feu au poudrier. À Sarajevo le 28 juin 1914 l’archiduc François-Ferdinand, l’héritier du trône de l’Autriche-Hongrie, et son épouse, sont assassinés par Gavrilo Princip, un membre du groupe nationaliste serbe « Jeune Serbie ».

L’Autriche, fort de l'appui des Allemands, attaque donc la Serbie. Le 30 juillet 1914, la Russie, alliée de la Serbie, déclare la guerre à l’Autriche. Le 1er août, l’Allemagne déclare la guerre à la Russie et le 3 août elle déclare la guerre à la France. Le 4 août, le Royaume-Uni, voyant l’Allemagne envahir la Belgique, déclare la guerre à l’Allemagne. Le Canada, membre du Royaume-Uni, se trouve par ce fait impliqué dans le conflit européen. Le premier contingent canadien, le « Princess Patricia’s Canadian Light Infantry », arrive en France, en décembre 1914.

Le champ de bataille

Dès les premiers jours de conflits, les dirigeants mettent en place des stratégies militaires anciennes et périmées de la fin du 19e siècle. Les premières offensives sont donc des échecs importants et les commandants des deux côtés se replient rapidement dans une guerre de position marquée par l’établissement de tranchées, protégées par des barbelés et des mines parsemées dans une zone neutre ou « no man’s land » qui sépare les deux camps. La présence de mitraillettes et de grosses batteries rendent très périlleuses et sanglantes toutes les offensives.

Les commandants alliés sont persuadés que le succès tient à une simple question d’endurance. Cette guerre d’usure donne donc lieu à des luttes où la victoire croit-on, reviendrait à celui qui survivrait le plus longtemps aux mortalités et aux besoins de ravitaillement. Des vagues de soldats sont lancées à l’assaut de positions ennemies que pour être décimées ou encore pour clamer victoire sur quelques mètres de territoire. Ce n’est qu’en 1917 et 1918 que les stratégies changent et qu’une guerre de mouvement devient possible grâce à l’introduction des chars d’assaut et des avions. Ces changements de stratégies annoncent ce qui se passera dans une autre grande guerre à peine quelque vingt années plus tard. Lorsque les Allemands coulent le navire américain Le Lusitania, en 1917, les États-Unis d'Amérique s'impliquent dans la guerre et contribue à la victoire des alliés.

La fin de la guerre

La fin des hostilités survient le 11 novembre 1918 à 11 heures avec l’armistice signé avec l’Allemagne dans la forêt de Compiègne. Les conditions de la reddition sont établies dans le Traité de Versailles signé le 28 juin 1919. Le traité, contenant des conditions exigeantes et signé à contrecœur par les Allemands, figurera dans une certaine mesure parmi les éléments déclencheurs de la Deuxième Guerre mondiale.

La Première Guerre mondiale a mobilisé 65 millions d’hommes de 30 nations. Dix millions sont tués et 29 millions sont soit blessés, faits prisonniers ou portés disparu. Le Canada a fourni 619 639 hommes et femmes à l’effort de guerre. De ce nombre, 66 655 ont été tués et 172 950 ont été blessés.

Le jour du Souvenir

Dès la fin de la guerre, un événement important est créé afin de s'assurer que les morts de la Première Guerre mondiale ne soient pas oubliés. Le jour du Souvenir ou, dans certains pays, la Journée de l’armistice, est célébré le 11 novembre en souvenir des morts de la Première Guerre mondiale. Depuis plusieurs années, cette journée est également l'occasion de se souvenir de celles et ceux qui ont sacrifié leur vie durant la Deuxième Guerre mondiale et la guerre de Corée.

Visitez les sites commémoratifs du Manitoba.

Visitez aussi le site du Musée canadien de la guerre et Bibliothèque et Archives Canada
 

Note : ceci est le lien pour Anciens combattants Canada


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps