Logo SHSB

Pauline Morier Images et arabesques

Le fonds Pauline Morier a été donné au Centre du patrimoine en 2002, dans le prolongement du don du fonds Bernard Mulaire. Bernard Mulaire et Pauline Morier seLouise dans sa maison, oeuvre no 14, 1974, par Pauline Morier connaissaient de longue date. D'ailleurs le fonds Bernard Mulaire comprend une documentation intéressante sur Pauline Morier. Lorsque Bernard Mulaire était responsable de la Galerie au Centre culturel franco-manitobain, il fut commissaire de l'exposition Pauline Morier Images et arabesques, présentée du 26 novembre au 24 décembre 1975. Un catalogue, publié à Les éditions du blé  accompagne l'exposition. On y trouve la liste des oeuvres présentées.

Dans son introduction Bernard Mulaire écrit : «Si l'on retrouve dans ses toiles des éléments pouvant appartenir à des écoles de peinture, ce n'est pas parce qu'elle désire ajouter aux polémiques, mais simplement, parce qu'elle se donne la liberté de prendre là où elle le veut ce qui pourrait lui servir. Elle s'empare plutôt qu'elle ne subit.

Pour Pauline Morier, peindre, dessiner, c'est un moyen d'enregistrer ses impressions des événements. Elle ne se souvient pas, elle réagit devant l'actuel. Ainsi chacune de ses oeuvres s'impose à nous presque autonome.»

En 2015, Pauline Morier expose PORTRAITS. Dans le catalogue publié aux Éditions Ink Inc., l'exposition de Invitation à l'exposition Portraits de Pauline Morierportraits est présentée ainsi : «On pourrait croire que le portrait se présente comme la promesse de découvrir l'âme du sujet, une sorte de face à face avec et à travers l'image, et pourtant le portrait n'a pas à imiter le réel. Laissons-le parler, car la texture, les couleurs et les lignes suffisent à révéler l'essence du sujet. Il faudra des années encore pour comprendre l'inconscient du cerveau, ce qui motive nos gestes et nos réactions, mais il est certain que mon intention était de perpétuer le souvenir de ces personnes, de les garder en mémoire, et d'évoquer d'une part, le paradoxe infini du désir, chez l'être humain, d'être regardé, connu et identifié, et d'autre part, bien sûr, le paradoxe infini chez l'artiste, du désir de regarder, de connaître et d'identifier.»

L'exposition, montée par Pauline Morier et Nicole Coulson, a été tenue dans le Salon Empire du Centre du patrimoine de juin à octobre 2015. Une présentation de l'exposition grâce aux photographies de Lorne Coulson est disponible sur le site Google de Charles Letourneau.

Pauline Morier, Portraits, Éditions Ink Inc., Winnipeg, 2015, 36 p., photos des oeuvres : Guy L'Heureux.

Bernard Mulaire, Pauline Morier Images et arabesques, Collection Miroir, 3, Les éditions du blé, Saint-Boniface, 1975, maquette de la publication et direction technique, Suzanne Gauthier, photographie en noir et blanc, James et Ellen Hammel.


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps