Logo SHSB

Les Cloches de Saint-Boniface

Revue ecclésiastique et historique de la province ecclésiastique de Saint-Boniface

La revue de 1902 à 1920 est disponible : Les Cloches de Saint-Boniface est interrogeable sur le Web.

La revue Les Cloches de Saint-Boniface (LCSB) était publiée par l'archidiocèse de Saint-Boniface et parut de 1902 à 1984. Mensuelle puis bimensuelle la première année, hebdomadaire ensuite pour dix mois, elle redevint bimensuelle et le demeura jusqu'en 1920. Elle devint alors un mensuel et ce jusqu'en 1951. À partir de 1951, elle parut six fois par année. Tout au long de son existence elle conservât le format in quarto. Au début, la revue visait principalement les catholiques canadiens français de la province ecclésiastique de Saint-Boniface. Plus tard, elle ciblait plus particulièrement les diocésains de Saint-Boniface.

Le fondateur de la revue, Monseigneur Adélard Langevin o.m.i. (1855-1915), était en 1902 l'archevêque d'un grand diocèse et siégeait à la tête d'une province ecclésiastique qui comprenait tout l'Ouest canadien et une partie importante du Grand Nord, à savoir trois diocèses et trois vicariats apostoliques, tous dirigés par des évêques oblats (la province ecclésiastique de Vancouver est créée en 1903). Fervent défenseur des droits des catholiques et des Canadiens français, Mgr Langevin voulait faire connaître, par les Cloches, les défis et les réussites du passé et surtout encourager et orienter l'œuvre religieuse et patriotique qui restait à accomplir. Pendant toute la période Langevin, la revue portait en exergue : "Organe de l'Archevêché et de toute la Province Écclésiastique de Saint-Boniface".

Le premier numéro de la revue parut le 15 janvier 1902. Sous le triple mandat de "Voix de l'Église", "Voix de l'École" et "Voix de la Colonie ou de la Paroisse", Les Cloches de Saint-Boniface publiait plusieurs articles traitant d'actualité cléricale dont des lettres, des nouvelles ou des rapports provenant des missionnaires. Aussi, organe de l'archevêché, la revue publiait des articles ayant trait aux membres des communautés religieuses et à la vie diocésaine ou paroissiale de l'Ouest canadien. Dans le domaine politique, le dossier de l'éducation occupait une place importante. L'histoire de l'Église dans l'Ouest était présentée par la publication de lettres des premiers missionnaires afin d'édifier et d'inspirer le lecteur. Les questions morales de l'heure faisaient aussi partie des sujets traités.

Dans le numéro du 15 juin 1904, on y lit que le but de Les Cloches de Saint-Boniface est:

« Considérant que le journalisme est encore de nos jours, un des moyens les plus puissants de pénétrer le sein des sociétés modernes : qu'il y exerce un empire considérable sur les esprits : qu'il est de fait un élément de direction d'une importance toujours croissante : considérant que le journalisme catholique est un apostolat précieux qui travaille à sa manière et dans son humble capacité au règne du Christ, en répandant et soutenant la vérité pour assurer la paix et la liberté : les 'Cloches' cherchent à faire leur part dans ce domaine. S'inspirant de la pensée du premier Pasteur de cet archidiocèse, elles s'efforcent de faire mieux connaître et aimer Dieu et la Patrie, et dans ce but être une voix pour communiquer à tous, les directions du chef hiérarchique, unifier les efforts, aider l'Action catholique. Elles s'efforcent d'être l'écho fidèle qui porte par tout l'archidiocèse la parole de notre bien-aimé Archevêque et expriment ses intentions et ses désirs. À ce titre, nous croyons que nous répondons à un besoin réel que les développements de la religion ont fait naître dans le passé. »

Un autre service que les 'Cloches' sont appelées à rendre, c'est de sauver les archives religieuses de la destruction du temps et de tenir le public au courant des progrès et du mouvement du catholicisme dans ce pays. Les 'Cloches' constituent donc un registre dans lequel sont consigné les œuvres et le dévouement du clergé et des communautés religieuses. Que de précieux manuscrits, qui redisent le zèle du clergé, finiraient par se perdre si on ne se hâtait de les publier pour la plus grande édification des fidèles ..." (voir aussi 15 janvier 1902 et 1 juin 1908 p. 129).

Suite à la création de nouvelles provinces ecclésiastiques (dont Vancouver en 1903, Edmonton en 1912 et Régina en 1915), au décès de Mgr Langevin et à l'érection du diocèse de Winnipeg en 1915, la revue remplaçait, en 1916, son exergue par "Colligite fragmenta ne pereant" et se donnait comme sous-titre : "Revue ecclésiastique et historique". On y résumait alors l'orientation de la publication ainsi : "Les Cloches sont vraiment les annales du diocèse et même, du moins dans les grandes lignes, celles de l'œuvre merveilleuse qu'accomplit l'Église catholique dans l'Ouest Canadien tout entier".

Quoique d'orientation plus pastorale, liturgique et théologique durant les dernières décennies, la revue livrait toujours une rubrique d'histoire. Vu les coûts croissants de production et malgré une tentative de se redéfinir face à l'accès facile aux revues nationales et internationales et aux communications rapides de l'audio-visuel, la revue diocésaine ne réussit à relever le défi de la continuité. Son dernier numéro parut en janvier 1984 avec la référence : volume 81, numéro 5, novembre-décembre 1982.

Les directeurs furent :

Joseph-A. Trudel 1902-1905 (Et collaborateurs : J.-M. Mireault 1902-1904 et Henri Bernard et Norbert Bellavance 1904-1906)
Théophile Paré 1906
Henri Bernard 1906-1908
Joseph-A. Prud'homme 1909
Denys-J.-A. Lamy 1910-1932
Antoine d'Eschambault 1932-1947
Clovis Saint-Amant 1948-1954
Maurice Bonneville 1954-1956
Corps professoral du Grand Séminaire 1957-1962 (Édouard Gagnon p.s.s., G. M. Bulteau p.s.s. et Antoine Hacault sont successivement responsable de la rédaction)
René Peeters 1962-1966 (et collaborateurs : Noël Delaquis, Jean-Pierre Leclaire)
Noël Delaquis 1966-1970 (et collaborateurs : Jean-Pierre Leclaire,t Hervé Dansereau (1966-1967) et Gilbert Gariépy (1969-1970)
René Peeters (et collaborateurs 1971-1980 Noël Delaquis et Norbert Labelle)
(Voir mai-juin 1951, p.11-12)

Tout au long de son existence, la revue se donnait pour but de "ramasser ce qui restait des grands évènements" de la vie du diocèse et des paroisses en vue de l'édification de l'Église d'aujourd'hui et d'assurer un lien historique pour les générations futures.

Aujourd'hui, la revue Les Cloches de Saint-Boniface est une source documentaire importante consultée par ceux qui s'intéressent à l'histoire des catholiques et des francophones de l'Ouest canadien et en particulier de la province du Manitoba.

La consultation de Les Cloches de Saint-Boniface peut bénéficier de l'index :
Centre d'études franco-canadiennes de l'Ouest, Index de la revue Les Cloches de Saint-Boniface (1902-1950), Saint-Boniface, 1984.

Une série complète de la revue est disponible à la consultation au Centre du patrimoine.


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps