Logo SHSB

Le fonds Sœurs du Sauveur / Chanoinesses Régulières des Cinq Plaies du Sauveur

Au service de l’éducation

Comme de nombreux autres Fonds conservés au Centre du patrimoine, celui des Sœurs du Sauveur est important pour comprendre l’histoire de la communauté franco-manitobaine. En effet, la congrégation religieuse originaire de France est active au Manitoba depuis plus de 110 ans. Ses actions et manifestations sur le territoire, et les documents qui en découlent, sont révélatrices de certains aspects de la province, à travers le temps.

« Le Fonds met en évidence le rôle de la communauté religieuse dans l’établissement et l’épanouissement de la communauté francophone de l’Ouest, résume la religieuse sœur Hélène Poiron. Nous, les Sœurs du Sauveur, sommes la troisième congrégation religieuse à s’être établie dans la province, à côté des Sœurs grises et des Sœurs de Jésus-Marie, détaille-t-elle. Nous sommes venues ici afin de porter secours à la Nouvelle Église du Canada, au Manitoba. »

Soeur Hélène Poiron

Un rôle social

Appelées en aide par Mgr Langevin de Saint-Boniface en 1895, les Chanoinesses Régulières des Cinq Plaies du Sauveur (devenues Sœurs du Sauveur en 1967) sont arrivées à Notre-Dame-de-Lourdes afin de prendre en charge l’éducation des jeunes et assumer les soins médicaux auprès des personnes dans le besoin.

« On travaillait toujours en contexte paroissial, poursuit la religieuse. Les écoles, les chorales ou encore les mouvements de jeunesse sont autant d’organisations au sein desquelles nous nous infiltrions. Nous favorisions l’enseignement, profane et religieux, l’éducation, les arts, le théâtre, les chorales et aussi les arts domestiques. En somme, nous inculquions aux jeunes toute une série de savoirs et de techniques utiles à leur évolution. »

Pour la religieuse, le Fonds Sœurs du Sauveur est particulièrement intéressant du fait qu’il permet d’observer le déroulement de l’histoire au sein de la province. « Il révèle la vie intérieure de la communauté, la manière dont on participait à la vie sociale, exprime-t-elle. Les documents du Fonds abordent des aspects de l’église, mais aussi et surtout de la société civile. Ils conjuguent notre mission avec les besoins qui se présentaient à l’époque. »

Un miroir de la société

Sœur Hélène Poiron ne manque d’ailleurs pas de souligner que certaines pièces des archives sont tellement détaillées qu’elles permettent littéralement de se projeter dans le temps, et de ressentir les évènements passés. «  Les chroniques donnent des détails à propos de chacune des maisons dans lesquelles les Sœurs étaient installées.

On y trouve plein de petites choses qui font la grande Histoire. »

Enfin, les archives révèlent le déclin progressif de la congrégation religieuse. « Depuis plus de 25 ans, plus aucune personne n’a demandé à rejoindre notre congrégation, se désole la religieuse. Autre temps, autres mœurs. Autres mœurs, autres besoins. Nous ne sommes plus que dix aujourd’hui, dix personnes âgées. La mission se poursuit, mais à rythme ralenti.»

Consultez le fonds de la congrégation dans la base de données des archives.

 

Date de publication: décembre 2012


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps