Logo SHSB

Chantale Pineau

Chantale Pineau

Les projets en cours grâce aux programmes d'embauche d'étudiants subventionnés par Emplois d'été Canada 2019 et Jeunesse Canada au travail du Ministère du Patrimoine canadien du gouvernement du Canada tirent à leur fin.

Cette semaine, nous vous présentons Chantale Pineau, chercheuse/rédactrice en éducation. Elle a été embauchée pour continuer la recherche, la rédaction et la publication (sur le site Web de la Société historique de Saint-Boniface) de ressources pédagogiques misant sur les ressources des archives accessibles au Centre du patrimoine. Vous pouvez voir ici le travail accompli jusqu'à présent. Les ressources qui ont été ajoutées cette année sont : Premières Nations, Métis et la réconciliation; Personnalités; Ma famille, Mes ancêtres; Éducation; Folklore, Musique et arts visuels; et Grands événements.

Nous avons posé quelques questions à Chantale et nous partageons avec vous ses réponses :

Quel est ton domaine d’études?
« Mon domaine primaire est en histoire, mais j’ai aussi une formation et de l’expérience en éducation. J’ai complété un baccalauréat spécialisé en histoire à l’Université du Manitoba et je vais poursuivre une maîtrise à l’Université de Queen's en Ontario en septembre. J’ai aussi un certificat d’auxiliaire du Collège Red River et j'ai travaillé comme auxiliaire pour la Division Scolaire Louis Riel pendant quatre ans. »

D'où es-tu originaire?
« Saint-Adolphe, Manitoba »

Pourquoi as-tu choisi de prendre un emploi au Centre du patrimoine?
« Ceci est la première fois où mon diplôme et mon expérience sont pertinents à mon emploi. J’adore l’histoire et je suis fière de mon patrimoine francophone et métis, alors travailler au Centre du Patrimoine nourrit cette passion. »

Comment as-tu découvert la Société historique de Saint-Boniface?
« Je connaissais déjà le Centre du patrimoine car j’ai utilisé leur service de généalogie dans le passé. J’étais aussi au courant de la Société historique de Saint-Boniface car j’ai fait une brève recherche des archives en ligne pour un projet de recherche. Donc, quand j’ai vu l'annonce des postes d'étudiants en ligne, je savais que c'était une opportunité que je ne voulais pas manquer. »

Pourrais-tu nous donner un petit résumé de tes tâches cet été?
« Je travaille dans les Outils pédagogiques [du site Web] où je vais ajouter plusieurs nouveaux outils, tel que les Métis, Premières Nations et la réconciliation, des référents culturels et agents de changement, et l’histoire de la DSFM et de l’éducation francophone. Je passe beaucoup de mon temps dans les archives à chercher des documents primaires et également à créer des activités sur l’ordinateur, à examiner les résultats d'apprentissage du programme d'études en sciences humaines et à ajouter de nouvelles pages sur le site Web. »

Comment trouves-tu ton travail?
« Quand je parle de mon poste à la SHSB avec ma famille et mes amis, je leur dis que c'est mon premier emploi où mon diplôme et mon expérience sont les plus pertinents par rapport à ce que je fais au jour-le-jour. J’aime beaucoup l’histoire, mais ce que j’aime le plus est la possibilité de nourrir cette même passion pour les étudiants francophones et peut-être même des futurs historiens. »

Y a-t-il quelque(s) chose(s) en particulier que tu as découvert / appris ou que tu as trouvé intéressant lors de ton travail jusqu’à date?
« En travaillant la section « Personnalités » j'ai découvert un groupe de personnes dont je n'avais jamais entendu parler et que j'aurais admiré en tant que jeune fille à l'école primaire et jeune femme au secondaire. Des personnes comme Pauline Boutal qui était directrice du Cercle Molière (avec beaucoup de succès), peintre, dessinatrice et typographe. Il avait aussi Béatrice St-Amant qui a fondé un hôpital pour les enfants avec des besoins car elle s'est aperçu qu’il n’y en avait pas lorsque son fils développa l’épilepsie dans les années 1930. »

Que penses-tu des installations du Centre du patrimoine?
« Avant d'avoir commencé le travail à mon poste, je n’avais pas réalisé l’immensité et la diversité des collections d’archives et de livres rares au Centre du patrimoine. Ça fait quelques semaines depuis que j’ai commencé ici, cependant j’ai l’impression de n’avoir touché que la partie émergée de l’iceberg. Les fonds et leurs contenu varient grandement. Quelques documents que j’ai trouvé intéressants sont les cartes des traités numérotés, le journal « Le Métis » des années 1870 et même une boîte pliée de Macaroni Constant. » 


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps