Logo SHSB

Mois de l'histoire des Noirs

Février est le Mois de l'histoire des Noirs et cette année nous soulignons son 20e anniversaire au Canada. Comme nous l'apprend le site officiel du Canada «C’est à la suite d’uneLes Pionniers Noirs de Saint-Boniface, Manitoba : 1908-2008 par Joseph Nnadi publié en 2008 motion présentée à la Chambre des communes par la première Canadienne noire élue au Parlement, l’honorable Jean Augustine, que le mois de février a été déclaré officiellement Mois de l’histoire des Noirs. La motion a été adoptée à l’unanimité en décembre 1995, et le gouvernement du Canada a célébré officiellement le Mois de l’histoire des Noirs pour la toute première fois en 1996.» 

Selon l'entrée du site d'Historica Canada, l'on apprend que «Mathieu Da Costa compte parmi les personnages les plus fascinants (et les plus insaisissables) du début de l'histoire canadienne. Nous en savons très peu à son sujet. Toutefois, nos connaissances nous permettent d'affirmer qu'il est considéré comme le premier Noir ayant visité le Canada. Da Costa était un Africain noir qui a œuvré, en tant qu'homme libre, comme interprète pour des commerçants et des explorateurs français et hollandais au début du XVIIe siècle.» Il aurait entre autre accompagné Samuel de Champlain à titre d'interprête.

Dans le cours des recherches généalogiques documentées au Centre du patrimoine, des traces de Métis dont un parent était un Noir américain sont visibles (Voir le tableau ci-bas). Déjà sur l'île de Machinac, carrefour important de la traite des fourrures, on y trouve un Pierre Bonga, père de George qui fut éduqué à Montréal et travailla pour la American Fur Company. À la Rivière-Rouge, la famille Lewis (Lowis, Luis) figure parmi celles dont un des ancêtres était Noir américain.

Photographie d'élèves de Saint-Charles en 1910, archives des Missionnaires oblatesDans son étude Les Pionniers Noirs de Saint-Boniface, Manitoba : 1908-2008, Joseph Nnadi nous apprend que c'est dans l'école dirigée par les Soeurs Oblates que l'on trouve mention d'élèves noirs, dont Béatrice Marie Johnson. Saint-Charles faisait partie de l'archidiocèse de Saint-Boniface et Mgr Langevin décerne à Béatrice Johnson le 25 juin 1910 un prix d'excellence en catéchisme et en histoire biblique. En écrivant au sujet du recensement de 1921, Joseph Nnadi note pour Saint-Boniface : «...cette ville moitié rurale, moitié urbaine avait une population de 12 821 - en l'occurence 5 653 Britanniques et 4 814 Français - dont seulement 6 Nègres et 9 habitants d'origine non-spécifiée [comprenant les Haïtiens et les Jamaïcains].» 

Dans Rue Deschambault, Gabrielle Roy présente ainsi M. Jackson : «De jour, dans notre petite rue si peu passante et par un soleil rayonnant, le fait est qu'il fut extrêmement visible ce grand et beau Noir, tout de noir habillé, et muni de sa petite valise de porter

Joseph Nnadi, en suivant l'évolution de la population noire à Saint-Boniface, mentionne que : «..à partir des années 60, à la suite de l'indépendance politique dePhoto tirée de Musical Ghosts Manitoba's Jazz and Dance Bands 1914-1966 par Owen Clark, p.171 plusieurs pays africains, les Noirs d'Afrique - étudiants, fonctionnaires, cadres des entreprises nationales et multinationales - affluent au Canada à la recherche de connaissances, d'expérience professionnelle et de diplômes; ... La diversification de la population immigrante se poursuit, de sorte que, selon le recensement du Canada de 1971, il y a, à Saint-Boniface, 55 Noirs d'Afrique et 124 des Caraîbes et d'Amérique Latine.»

En terminant il note : «Non seulement la population noire de Saint-Boniface a-t-elle augmenté de nombre, mais son statut social a également beaucoup changé. En effet, le profil social du Noir de Saint-Boniface a tout à fait changé : de celui de portier et de travailleur itinéraire à celui de professionnel ou de cadre.»

Documenter cette histoire fait partie du mandat de la Société historique de Saint-Boniface. C'est ce que le projet d'histoire orale financé par le Programme de subventions destinées au patrimoine du Gouvernement du Manitoba nous permet de faire cette année. Rappelons que ce projet à été lancé lors du vernissage de l'exposition Connexion de l'artiste Nelson Briand Mutima

Tableau généalogique d'une famille Lewis :

Mentionnons aussi pour terminer que les Éditions du blé publiait en 1995 De grandes choses, de Lawrence Hill, auteur bien connu surtout par la publication de Book of Negroes.


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps