Logo SHSB

L'Histoire de vive voix

La grande aventure du projet d’Histoires orales a débuté en 2002 pour ancrer à jamais le patrimoine franco-manitobain dans l’histoire.
Pour cela, la Société historique de Saint-Boniface (SHSB) part à la rencontre de Franco-Manitobains pour écouter et enregistrer leurs histoires vécues afin d’apporter une richesse inestimable à ses archives.Histoire orale - Robert Nicolas, 2012
« Nous avons eu l’idée du projet lorsque nous constations que de précieuses personnes vieillissaient et malheureusement s’éteignaient sans qu’on ait eu la chance d’écouter l’histoire de leur vie, souvent remarquable dans notre communauté », explique le directeur de la SHSB, Gilles Lesage.
Le premier thème de recherche des Histoires orales fut alors les inondations de 1997. Les recueils de témoignages oraux se sont ensuite étendus sur des périodes de deux ans avec des questionneurs expérimentés tels que Bernard Bocquel.
« À chaque fois que nous cherchons un thème de recherches, nous identifions au préalable des domaines ou des périodes historiques pour lesquelles nous manquons d’archives, explique Gilles Lesage. Par exemple, après avoir recueillis les témoignages sur les inondations nous avons choisi le thème de l’agriculture, domaine où les archives sont malheureusement très pauvres. Les Histoires orales deviennent alors un témoignage du passé d’une richesse historique formidable ».
Après deux ans de recherches sur l’agriculture, ce fut ensuite au tour des petites et moyennes entreprises d’être l’objet de recherches de la Société historique.
« Après avoir travaillé et enregistré de nombreuses bandes sonores de témoignages, nous avons pris le temps de tout mettre sur notre site Internet. Ces Histoires orales deviennent alors un outil d’une grande richesse pour les générations futures, souligne Gilles Lesage. D’abord d’un point de vue scientifique et historique, ces enregistrements sont des archives authentiques témoignant du passé, pouvant être très utiles pour les futurs historiens en quête de documentation.
« Ensuite d’un point du vue plus personnel, des individus auront la chance, grâce à ces bandes sonores, de pouvoir écouter leurs ancêtres parler de ce qu’ils ont vécu. C’est une chance inestimable et unique et dans quelques générations on se rendra davantage compte de l’importance de ce travail. Ces enregistrements sonores pourront aussi être utiles d’un point de vue scolaire et même devenir une documentation linguistique sur la façon de parler de l’époque », ajoute-t-il.
Le dernier thème de recherche a été l’éducation, un domaine où les archives sont déjà vastes, mais où l’on ajoute à ces documents des expériences vécues enregistrées sur fichier sonore. « Nous choisissons aussi chaque fois des personnes très différentes et souvent d’un certain âge, qui ont beaucoup plus d’expérience et de choses à dire pour pouvoir compléter au mieux les archives que nous avons déjà », ajoute Gilles Lesage.
Chaque histoire orale peut durer entre une et trois heures, chacune détaillée sur le site Internet par un sommaire et une description.
« J’aimerais que notre prochain sujet d’étude soit l’immigration. Un sujet pas du tout abordé pour l’instant, dont j’aimerais avoir des témoignages uniques et de vive voix », conclut Gilles Lesage.


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps