Logo SHSB

Projets étudiants 2017: notre technicienne en réseaux sociaux!

Publié le 8 juin 2017

 

La SHSB fait peau neuve pour l’été! Effectivement, grâce au programme Jeunesse Canada au Travail (JCT), l’organisation a été en mesure d’engager deux techniciens en archives et une technicienne en réseaux sociaux. Ce deuxième article portera sur cette dernière.

Amélie Drainville, 20 ans, est originaire de La Visitation-de-l’Ile-Dupas et est étudiante à l’Université de Sherbrooke au Québec. Après avoir réalisé un Certificat en études de l’environnement, elle souhaite se diriger vers les relations internationales. Amélie a été engagée à titre de technicienne en réseaux sociaux, poste qu’elle occupe depuis le 8 mai et qui a été créé dans le cadre des festivités du 150e anniversaire de la confédération canadienne. Elle doit entre autres rédiger des billets pour le blogue du site web, publier sur Facebook, créer un circuit guidé à Saint-Boniface par le biais de l’application BaladoDécouverte et écrire une page Wikipédia pour l’organisme. Elle sera en poste jusqu’au 25 août.

Nous avons demandé à Amélie ses impressions sur son emploi et sur la ville. Voici ce qu’elle nous a répondu :

Pourquoi as-tu décidé de venir travailler à Winnipeg pour l’été?

Comme mes deux sœurs ont déjà fait des échanges linguistiques à Winnipeg au secondaire, nous sommes restés très proches des deux familles d’accueil. L’une d’elles est même venue nous visiter l’été dernier et nous avons eu beaucoup de plaisir. J’ai donc voulu leur rendre la pareille et profiter d’une opportunité d’améliorer mon anglais et de travailler dans une autre province canadienne. Winnipeg n’a pas la réputation d’être une ville touristique par excellence au Canada. Je ne suis pas ici depuis longtemps, mais je peux assurer que n’importe qui qui pose le pied dans cette ville ne peut que se laisser envoûter par son charme. Il faut cesser de perpétuer ses « préjugés touristiques », car c’est une chouette ville!

Mon emploi à la SHSB est aussi une opportunité d’en apprendre plus autant sur l’histoire franco-manitobaine, qui est fort riche et intéressante, que sur l’histoire de mon village. En effet, La Vérendrye lui-même s’y est marié et y a habité. Les ancêtres de Louis Riel sont également passés par là, et nous avons même une plaque en son honneur en face du bureau municipal.

Qu’est-ce qui te plaît/déplaît à Winnipeg?

J’adore le côté « vert » de la ville, c’est ce que j’ai remarqué en premier. Il y a des arbres et de grands parcs partout, nous ne sommes pas envahis par le béton comme à Montréal. J’aime aussi aller voir des parties de soccer et constater que les joueurs sur le terrain passent constamment du français à l’anglais, on ne peut avoir meilleure preuve du bilinguisme de la ville. À Saint-Boniface, on peut aisément parler « franglais ». Par contre, l’arbitrage est plutôt médiocre si l’on compare au système du Québec! [rires] Il faut aussi dire que ce n'est pas la ville la plus adaptée aux cyclistes. J'espère que cela va progesser dans les années à venir!

Comment trouves-tu ton travail?

C’est un nouveau défi! Je n’ai jamais travaillé avec des fonds d’archives, alors je devrai découvrir comment fonctionne la base de données et comment aller trouver l’information pertinente. Je vais aussi découvrir de nouveaux collègues, de nouveaux médias sociaux historiques, donc ce sera un bel apprentissage.

 

Pour en savoir plus sur l’avancement des projets des étudiants ou sur les services offerts par le Centre du patrimoine, venez nous visiter ou consultez notre site web et notre page Facebook!

 


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps