Logo SHSB

Suzanne Gauthier

Par Bernard Mulaire
Membre de la SHSB
Écrit le 7 décembre 2018, publié le 1 mars 2019

 

Suzanne Gauthier en 2013

Suzanne Gauthier
Photo Ingrid Bulmer, 2013

 

Suzanne Gauthier est née à Lorette au Manitoba en 1948.

Ses talents d’artiste furent remarqués par Annette St-Pierre, son institutrice à l’école secondaire du village, qui était alors religieuse chez les Sœurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe. L’élève allait réaliser une bande dessinée relatant la vie de Mère Elisabeth Bergeron, la fondatrice de la congrégation.

En 1969, Gauthier obtint un diplôme en arts plastiques, soit le B.F.A. Honors de l’Université du Manitoba, études qu’elle poursuivit à l’Université de l’Iowa. En 1972, elle fonda son propre atelier de gravure sur la rue Albert, à Winnipeg, auquel elle ajouta une galerie d’art, la P.S. Gallery. Son initiative la démarqua en tant que femme dans le monde de la gravure de Winnipeg, cercle presque entièrement dominé par les hommes.

Suzanne Gauthier dans son atelier à Winnipeg en 1977 - Fonds Bernard Mulaire, SHSB 25758

Suzanne Gauthier dans son atelier à Winnipeg en 1977
Fonds Bernard Mulaire, SHSB 25758

En 1975-1976, Gauthier assista le responsable de la salle d’exposition du Centre culturel franco-manitobain. Durant cette période elle représenta les artistes franco-manitobains à l’île Maurice et à la « Super franco-fête » de Québec. De 1977 à 1979, elle fut chargée de cours à la School of Art de l’Université du Manitoba.

Dessinatrice, Gauthier réalisa des affiches pour le B.E.F., et illustra le livre Louison sans regret signé par Marius Benoist (Éditions du Blé, 1975, 1994).

L'artiste habita ensuite à Toronto et à Montréal, avant de s’établir à Halifax en 1989. Elle devait enseigner la peinture au Nova Scotia College of Art and Design pendant plus de vingt ans.

Suzanne Gauthier a produit une oeuvre multi-forme et multi-disciplinaire, marquée par une recherche incessante, passant de la gravure sur métal et linoleum à la poterie et la sculpture sur argile, à la photographie et la peinture à l’acrylique, à l’encaustique sur panneaux de bois sculptés en relief, et à la gouache.

Durant les années 1970, Gauthier confirma son indépendance d’esprit en abordant le côté glauque de la ville, alors que ses congénères graveurs préféraient les scènes rurales. Ses recherches l’amenèrent aussi à explorer les thèmes de l’urbanité vs la culture, de l’érotisme, des mythes hindous, des forces cosmiques, et de la nature sous toutes ses facettes. À Winnipeg, l’artiste a exposé à plusieurs reprises en solo, dont trois fois au CCFM. Elle exposa ailleurs au Canada, aux États-Unis, en Écosse, en France, en Italie et en Corée du Sud. Ses œuvres ont été acquises par des institutions aussi diverses que la Banque des œuvres d’art du Canada, le Musée national des beaux-arts du Québec (collection Prêt d’œuvres), le Musée des beaux-arts de Montréal (collection Lavalin), le Musée canadien de l’Histoire, la Art Gallery of Guelph, le Bemis Center for Contemporary Arts à Omaha (Nebraska) et la Kemper Art Gallery à Kansas City (Missouri). En Nouvelle Écosse, la Art Gallery of Nova Scotia, ainsi que les universités Dalhousie, Mount Saint Vincent et Saint Mary’s possèdent de ses œuvres.

Au Manitoba, Gauthier est représentée dans les collections de la Winnipeg Art Gallery, de l’école des beaux-arts de l’Université du Manitoba, de St. John’s College, du centre Oseredok, de la galerie Buhler, du Centre culturel franco-manitobain et du Centre du Patrimoine. Celui-ci possède d’ailleurs un important portfolio de ses œuvres sur papier.

Une photographie d'un dessin de Suzanne Gauthier - Fonds Bernard Mulaire, SHSB 26027

Photographie d'un dessin de Suzanne Gauthier
Fonds Bernard Mulaire, SHSB 26027

Les Éditions du Blé ont publié son livre d’artiste Vortex en 1985, ainsi que l’étude Chien (Bernard Mulaire). Les Éditions Ink inc. ont publié Fox River Diaries (2006). En 1979, ses œuvres illustrèrent La maison sans mur, recueil de poésie de Paul Savoie (Asticou) et en 1989, le recueil Bois Brûlé du même poète (Le Noroît) Les œuvres de l’artiste illustrèrent aussi le recueil de poésie de J. R. Léveillé, Fastes (Éditions L’Interligne, 2003).

En 2006, Gauthier fut élue membre de la Société royale des arts du Canada; en 2015, le Nova Scotia Department of Communities, Culture and Heritage lui attribua le Nova Scotia Established Artist Recognition Award et, en 2017, parut le documentaire Suzanne Gauthier: One Thing Leads to Another réalisé par Ariella Pahlke. Enfin, son tableau Mountains, une de ses œuvres phares, figure à l’exposition The 80s Image tenue à la Winnipeg Art Gallery (2018-2019), sous la responsabilité du conservateur Andrew Kear.

Suzanne Gauthier en 2013

Suzanne Gauthier
Photo Marilyn Smulders, 2013

Suzanne Gauthier, avec préfaces de Françoise Le Gris et Paul Savoie, Figures nomades / Migrant Images, Saint-Boniface, Éditions Ink Inc., 1989.

Jules et Nancy G. Heller, North American Women Artists of the Twentieth Century: A Biographical Dictionary, New York, Garland & Routledge, 1995.

Françoise Le Gris, "Suzanne Gauthier... lieux de passage", Liaison, Ottawa, no 139 (printemps 2008), p. 21-23.

J. R. Léveillé (directeur d’édition), Les Éditions du Blé : 25 ans d’édition, Saint-Boniface, Les Éditions du Blé, 1999.

Gamila Morcos, Dictionnaire des artistes et des auteurs francophones de l’Ouest canadien, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1998.

Bernard Mulaire dans Gérard Xuriguera,Le Dessin, le pastel / l’aquarelle dans l’art contemporain, Paris, Éditions Mayer, 1989.

Bernard Mulaire dans Allgemeines Kὕnstlerlexikon, Leipzig (Allemagne), Tome 50 (2006).

Sur Suzanne Gauthier :


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps