Logo SHSB

Le procès de Louis Riel

Le 6 juillet 1885, Riel fut accusé de haute trahison.
Le procès commença le 20 juillet, avec Riel plaidant non-coupable.

Ce procès aura des conséquences désastreuses pour Riel et pour le Canada. Le jury était entièrement anglo-saxon et protestant. L'avocat de Riel voulut plaider la folie et l'irresponsabilité de Riel. Riel s'objecta tellement à cette stratégie que ses avocats obtinrent du juge que Riel n'ait pas la permission de parler.
Les avocats n'avaient pas le droit de parler des griefs qui avaient causé la révolte, le juge ayant déclaré que Riel, et non le gouvernement, subissait un procès. Les dépositions des témoins étaient damnables. Ils insistaient que Riel était mentalement instable avant et pendant la révolte.
Vers la fin du procès, Riel reçut la permission de parler. Après une courte prière, il fit la revue des troubles dans le Nord-Ouest, en commençant par les souffrances endurées par son peuple et l'inaction du gouvernement.
Il affirma avec dignité qu'il n'était pas fou, qu'il ne voulait pas être acquitté pour cause de folie. Il ne nia pas avoir été interné auparavant, mais fit remarquer que les médecins l'avaient déclaré guéri.
Est-ce que visions, prophéties et missions signifiaient la folie ? Il termina avec quelques commentaires éloquents au sujet des sacrifices qu'il avait faits et demanda justice.


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps