Logo SHSB

Georges-Antoine Belcourt

Parmi les premiers missionnaires à la Rivière-Rouge, Georges-Antoine Belcourt demeure sans doute le personnage le plus controversé et peut-être le plus fascinant. Il joue un rôle clé dans l’évolution sociale et spirituelle des Métis et des peuples autochtones de l’Ouest, et laisse un riche patrimoine documentaire conservé dans des centres d’archives au Québec, en Acadie ainsi qu’au Manitoba.

Originaire du Bas-Canada (Québec), l’abbé Belcourt arrive à la Rivière-Rouge en 1831 après un long trajet qu’il documente avec précision. Il a un don pour les langues, ce qui lui permet de maîtriser l’anglais et d’apprendre avec facilité les langues indiennes parlées dans l’Ouest.

Pendant 17 ans, le missionnaire se consacre entièrement à l’évangélisation des Métis et des Amérindiens habitant les terres du vaste diocèse sous la tutelle de monseigneur Provencher. L’abbé Belcourt établit le long de la rivière Assiniboine une mission qu’il place sous le vocable de Saint-Paul, et pendant plusieurs étés, il voyage en canot d’écorce vers les postes éloignés du lac Manitoba et de la rivière Winnipeg, jusqu’au lac la Pluie, pour rencontrer et évangéliser les tribus autochtones qui s’y trouvent. Au cours de ces années, il commence à compiler un dictionnaire français-sauteux et à rédiger une grammaire et un catéchisme en Chippewa.

Lorsque Belcourt appuie les revendications des trafiquants de fourrures métis de la Rivière-Rouge contre le monopole que détient la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH) sur la traite des fourrures, il entre en conflit avec les dirigeants de la compagnie qui craignent la grande influence qu’a le missionnaire sur la population. À la demande du gouverneur Simpson de la CBH, il se fait rappeler dans l’Est en 1848. Ce rappel est plus tard qualifié de malentendu, mais Belcourt choisit de ne pas retourner aux territoires contrôlés par la CBH, et offre plutôt ses services à l’archevêque de Dubuc, aux États-Unis. Il passe onze années comme aumônier des Métis, des Blancs et des Amérindiens dans les environs de Pembina et de Saint-Joseph (aujourd’hui Walhalla) au Dakota du Nord. En 1854 il fonde une communauté de religieuses, les Sœurs de la Propagation de la Foi, dont l’existence est très éphémère.

Pendant les quinze dernières années de sa vie, soit de 1859 à 1874, Georges-Antoine Belcourt se trouve en Acadie, où il poursuit ses projets paroissiaux avec autant de zèle que son œuvre missionnaire dans l’Ouest. En tant que fondateur le la Banque des cultivateurs de Rustico, il est reconnu comme le père du mouvement de crédit agricole au Canada. C’est également lui qui introduit l’automobile à vapeur dans le pays.

La Société historique de Saint-Boniface a dans ses collections le manuscrit inédit du dictionnaire de Belcourt, ainsi que des cahiers de lettres adressées au membres du clergé et de communautés religieuses au Québec, qui ont été copiées à la fin du 19e siècle à partir d’originaux trouvés dans des centres d’archives de l’Est.

Nous offrons ici un petit aperçu des écrits de Belcourt. Ces documents présentent l’homme lui-même, le missionnaire et l’innovateur, et décrivent les activités économiques du dix-neuvième siècle tels que la chasse aux bisons et la traite des fourrures. Ils comprennent des récits de voyages, et des observations sur les croyances et les coutumes des Métis et surtout des Sauteux (Ojibwa) des rivières Rouge et Assiniboine.

CULTURE, PATRIMOINE ET LOISIRS. DIRECTION DES RESSOURCES HISTORIQUES. Georges-Antoine Belcourt, 1984, 12 pages.

MORTON, William. « Bellecourt, Georges Antoine », Dictionnaire biographique du Canada, Québec, Presses de l’Université Laval, 1972, Vol. X, 49-51.

PRUD’HOMME, L.-A. « M. Georges-Antoine Belcourt, missionnaire à la Rivière-Rouge », Mémoires de la Société royale du Canada, XIV (1920), 3e série, 1ère section, 223-264.

REARDON, J.M. Georges Anthony Belcourt, Pioneer Catholic Missionary of the Northwest, 1803-1874, St. Paul (Minn.), North Central Publishing Company, 1955, 223 p.

REARDON, J.M. « Georges Anthony Belcourt, Pioneer Catholic Missionary of the Northwest », Report of the CCHA, (1951) 75-89.


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps