Logo SHSB

Chronologie de la Société historique de Saint-Boniface

De 1902 à 1933 : les fondateurs

1902 : Première expédition au lac des Bois à la recherche du fort Saint-Charles, construit en 1732, où La Vérendrye, père, avait inhumé les restes du père Jean-Pierre Aulneau s.j., de son fils Jean-Baptiste La Vérendrye et de leurs 19 compagnons tués par les Amérindiens.

«Le soir [du 4 septembre 1902] en souvenir de la découverte du fort Saint-Charles et afin de poursuivre les recherches historiques commencées, une société fut organisée à bord du bateau. Cette société pris le nom de La Société Historique de Saint-Boniface. Tous les explorateurs deviennent de facto membres fondateurs. Mgr Langevin fut élu président, le Rév. M. Béliveau, trésorier, et le juge Prud'homme, secrétaire.»

1903 : Adoption d'une constitution. La SHSB doit:

«Se livrer à l'étude de l'histoire du Canada et en particulier de ce qui concerne Manitoba et les territoires du Nord-Ouest et de poursuivre des recherches sur les anciens lieux historiques qui se rapportent aux premiers voyages d'exploration des découvreurs du pays.»

La devise «per ardua ad alta» (par durs labeurs jusqu'aux sommets) est choisie.

1905 : Une deuxième expédition au lac des Bois est organisée le 22 août. L'expédition n'est pas un succès.

1906 : Le secrétaire Louis Arthur Prud'homme poursuit ses recherches sur La Vérendrye. Le président Mgr Adélard Langevin o.m.i. poursuit la publication, dans Les Cloches de Saint-Boniface, des lettres de Taché à sa mère et l'étude de Georges Dugast sur l'Ouest canadien.

1907 : Troisième expédition au lac des Bois en août. Trois jours de fouilles intensives ne révèlent rien de nouveau. Le 14 août 1907, la SHSB est constituée légalement (voir la Charte de la SHSB).

1908 : Retour en juillet au lac des Bois. Le 12 juillet, on déplace les fouilles de la rive nord à la rive sud de l'île. Le 7, on met à nu trois crânes et quelques jours plus tard on retrouve des squelettes, les restes du père Aulneau et de Jean-Baptiste La Vérendrye. Deux des fondateurs de la Société historique de Saint-Boniface, Mgr Adélard Langevin o.m.i.(à gauche) et Louis-Arthur Prud'homme

1911 : La SHSB décide de publier les manuscrits de La Vérendrye avec une préface et des appendices du juge Prud'homme.

1912 : Le grand projet de l'année est d'ériger un monument à La Vérendrye.

1915 : Décès, le 15 juin, de Mgr Langevin, premier président de la SHSB. Les publications de la SHSB se poursuivent. Mais la fin de l'allocation provinciale met fin, pour un certain temps, aux publications de la SHSB.

1916 : Formation d'un nouveau conseil. Le juge Prud'homme est élu président; Roger Goulet, vice-président; Théophile Paré, trésorier; et Prud'homme, fils, secrétaire.

1922 : Les restes du Père Aulneau et de ses compagnons, conservés au Collège de Saint-Boniface, disparaissent dans la tragique incendie du bâtiment. Par ailleurs, le Père Morice, le juge Prud'homme, le journaliste Donatien Frémont, entre autres, publient des études historiques.

1933 : On propose l'érection d'un monument à la mémoire de La Jemmeraye, neveu de La Vérendrye, mort en 1734 et enterré près de Letellier (Manitoba).

Le président Prud'homme démissionne, pour des raisons de santé. Antoine d'Eschambault lui succède.

 

1933 à 1961 : Sous la présidence d'Antoine d'Eschambault

1935 : La SHSB commence l'organisation des fêtes du bicentenaire de l'arrivée de La Vérendrye au confluent des rivières Rouge et Assiniboine prévues pour 1938.

1936 : Dévoilement à Letellier d'un mont-joie et d'une plaque commémorative en souvenir de la vieille route de la rivière aux Roseaux et en mémoire de Christophe Dufrost de La Jemmeraye.

1938 : Les témoins parlent encore de la plus belle semaine de septembre jamais vue au Manitoba. C'est la fête du bicentenaire de La Vérendrye et le dévoilement du monument tant espéré par les premiers fondateurs de la SHSB. Un triptyqe historique, sur une musique originale de Marius Benoist, est présenté à l'auditorium de Winnipeg. Les Clubs Kiwanis de Winnipeg et de Saint-Boniface organisent un défilé et une fête dans le parc Whittier. Sur la rivière, grâce à l'organisation du Winnipeg Canoe Club, 200 canots remplis d'Amérindiens et de voyageurs recréent l'époque de La Vérendrye.

Une émission de Radio-Canada sur l'histoire de Saint-Boniface est diffusée de la crypte de la Cathédrale.

1939 : Un musée historique, logé temporairement dans la crypte de la cathédrale, est ouvert le 7 mai. On demande aussi à Guillaume Charette de diriger un comité chargé «d'aller interroger les anciens du pays, dans nos paroisses et de recueillir leurs souvenirs du passé.» Antoine d'Eschambault (à gauche), en compagnie du premier ministre manitobain Douglas Campbell. (Collection Musée de Saint-Boniface - 354)

1940 : La SHSB contribue à la publication de l'histoire de Fannystelle et celle de Saint-Malo, en marge du cinquantenaire de ces paroisses. Durant les années 40, environ 200 personnes fréquentent régulièrement les réunions-conférences de la SHSB.

1941 : Une grande campagne pour dénicher documents, objets, photos, légendes, chansons et contes est lancée aux quatre coins de la province.

1944 : Le chanoine Lionel Groulx donne à Saint-Boniface une conférence sur la carrière de Louis Riel pour marquer le centenaire de la naissance du fondateur du Manitoba.

1946 : Durant l'hiver 1946-1947, on remplace les réunions-conférences par une série de causeries à CKSB, le premier poste de radio française dans l'Ouest canadien, intitulée: «Le Manitoba à vol d'oiseau...» .

1949 : Présentation d'un film à la réunion-conférence de mai 1949 marquant le commencement d'une tradition qui dure une vingtaine d'années. Mme Irène Lane, ainsi que Henri Lane, sont pendant longtemps les responsables de ces divertissements audiovisuels.

1949 : Harold Knox, publiciste bien connu, donne une conférence (voir La Liberté, mai 1949) à l'occasion du centenaire du procès de Guillaume Sayer et l'intervention du père de Louis Riel. Cette conférence est organisée en collaboration avec la Société historique métisse.

 

De 1961 à nos jours : une société d'histoire en pleine évolution

1961 : Le juge Alfred Monnin succède à Mgr Antoine d'Eschambault, décédé en 1960.

1964 : Eugénie Dubuc, la fille de Joseph Dubuc, premier juge en chef francophone du Manitoba, devient présidente de la SHSB. La campagne lancée en 1958 par Antoine d'Eschambault pour transformer l'ancien couvent des Soeurs Grises en musée, porte fruits. Le Musée de Saint-Boniface ouvre ses portes en juin 1967.

1968 : Le docteur Clément Lavoie devient président de la SHSB durant l'une des périodes les plus pénibles de la SHSB. La SHSB perd, dans l'incendie de la Cathédrale, sa bibliothèque logée à la Cathédrale.

1970 : L'historien manitobain Lionel Dorge occupe la présidence durant une année. La SHSB commence la publication de son Bulletin.

1971 : Noël Delaquis, plus tard évêque de Gravelbourg, préside à un renouveau de la SHSB. Les archives de la SHSB seront organisées. Plusieurs expositions et recherches historiques sont entreprises avec le concours de personnes comme Lionel Dorge, Robert Painchaud, Annette Saint-Pierre, Rossel Vien, Gilbert Comeault, Réal Bérard, Bernard Mulaire.

1973 : Gérard Lagacé devient président. Les travaux commencés par ses prédécesseurs se poursuivent. La SHSB trouve un local pour sa bibliothèque, ses archives et ses bureaux au Collège de Saint-Boniface. La SHSB publie, entre autres, l'importante Introduction à l'étude des Franco-Manitobains de Lionel Dorge.

1975 : En mars, Georges Forest reçoit une contravention unilingue, en anglais.

1976 : Le 6 février, Georges Forest reçoit une 2e contravention unilingue qu'il conteste en cours.

1976 : Dévoilement du monument et d'une plaque commémorative à l'occasion de l'inhumation des restes du père Jean-Pierre Aulneau s.j. et de Jean-Baptiste La Vérendrye le 6 juin.

1979 : Sous la présidence de Diane Payment, la SHSB se voit confier la gestion du Lieu historique nationale de la Maison Riel. Marie-Paule Robitaille devient la première directrice de la Maison Riel. Les premiers Cahiers d'histoire de la Société historique de Saint-Boniface, avec le concours de Soeur Hélène Chaput, s.n.j.m., sont publiés en 1980.

1981 : Robert André devient président.

1983 : La SHSB obtient, 60 années et sept mois après sa fondation, son premier directeur général à temps plein (Gilles Lesage). La SHSB poursuit ses projets de recherches, de publication et de conservation de ses archives.

1985 : Normand Boisvert devient président. La SHSB aménage dans des locaux plus spacieux au CUSB. La SHSB organise un colloque et une exposition sur Louis Riel et les Métis.

1986 : Guy Masson devient président. Une demande formelle pour reconnaître le Musée de Saint-Boniface comme édifice historique d'importance provinciale et nationale est déposée.

1987 : Jacqueline Blay devient la troisième femme à occuper la présidence de la SHSB. La SHSB prépare une exposition sur l'histoire de Saint-Boniface qui part en tournée dans l'Ouest canadien et entreprend la publication du premier tome de l'Histoire de Saint-Boniface. Les démarches pour la construction d'un Centre du Patrimoine et des Archives débutent.

1991 : Henri Grimard devient président. Le président et son conseil poursuivent les démarches pour la construction d'un Centre du Patrimoine et des Archives.

1998 : L'ouverture officielle du Centre du patrimoine a lieu le 25 septembre.

1999 : Louis Bernardin devient président. Une programmation en fonction des nouveaux locaux se développe.

2002 : Michel Lagacé devient président. La Société historique de Saint-Boniface

Les présidents de la SHSB de 1961 à 1991

Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps