Logo SHSB

Une chronologie des relations entre les autochtones et les autres populations - 1850 à 1899

1850 Les Cris des plaines, les Nehiyawuk (le peuple parlant correctement) vivent le long des rivières importantes (la Qu'Appelle et le coteau du Missouri en été, la Saskatchewan en hiver. On estime leur nombre à 11 500 en 1860). (Pettipas, 1988, p. 108)

Publication du livre The Traditional History and Characteristic Sketches of the Ojibway Nation par Kah-ge-ga-gah-Bowh (George Copway). Selon la préface du livre, il s'agit du premier livre de l'histoire des Ojibway écrit par un Amérindien.

1851 Le Potlatch est défendu par la loi. (Peelman, 1992, p.116)

1857 Au Canada, la «Gradual Civilization Act», qui prétend encourager à la civilisation graduelle les Nations autochtones de la province (Haut et Bas Canadas), définit qui est Indien, et stipule qu'un Indien ne peut bénéficier des droits et privilèges des Canadiens avant d'avoir prouvé qu'il est lettré, sans dette et de haute vertu morale. L'Amérindien qui rencontre ces critères, reçoit 50 acres de terre et, après un an d'essai, il est affranchi. (Carter, 1990 p.25 et Dickason, 1992, p.259) Cette mesure est prise à l'encontre du désir des chefs de bande. (Grant, 1984, p.94) Voir Acte pour encourager la civilisation graduelle des Tribus Sauvages ...20 Victoria, chapitre 6 (Goulet et Peelman, 1983, p.140)

1859 Une épidémie au fort Rae (mal du fort Rae) fait 400 morts. (Fumoleau, 1973, p.323)

1860 La responsabilité des Affaires indiennes passe de la juridiction du gouvernement britannique à celle des Canadas Unis. (Carter, 1990, p.25 et Pettipas, 1988. p. 91)

Dans les années 1860, les Cris occupent la région de la montagne aux Cyprès et les conflits avec les Pieds-Noirs s'intensifient. (Pettitpas, 1988, p. 153)

1861-1865 Guerre civile aux États-Unis.

1862 Soulèvement des Dakotas au Minnesota. (Carter, 1990, p.52)

Cas Connolly contre Woolrich de la Cour supérieure du Québec. Le jugement établit que le mariage «à la façon du pays» de William Connolly et de Suzanne de la nation des Cris en 1803 était valide. La décision est maintenue en appel à la Cour du banc de la Reine de Québec. (Dussault et Erasmus, 1993, p.5-6)

Fièvre scarlatine chez les Lièvres et Loucheux (Kutchin). (Fumoleau, 1973, p.323)

Pendant la grande épidémie de variole amenée par les chercheurs d'or, le père Léon Fouquet aurait vacciné plus de huit milles Autochtones dans la région de Mission City. (Louchez, 19992, p.499)

1865 L'influenza fait 1 000 morts dans la région du fort Simpson et de la rivière Peel. (Fumoleau, 1973, p.323)

1867 L'administration des «affaires indiennes» est placée sous la responsabilité du Secrétariat d'État. (Pettipas, 1988, p. 91)

1869 Acte pourvoyant à l'émancipation graduelle des Sauvages... 32-33 Victoria, chapitre 6 (Goulet et Peelman, 1983, p.140) Le gouvernement du Dominion reprend la législation qui existait sous le régime britannique (1857).

Épidémie de variole dans le nord-ouest des États-Unis et de l'Ouest canadien.

1870 Fondation du Grand Indian Council of Ontario and Quebec. (Dickason, 1992, p.328)

1871 Les traités 1 et 2 du sud du Manitoba sont signés.

Un des signataires du traité no 1 est le fils de Peguis, Mis-Koo-Kee-New, ou Aigle Rouge, aussi connu sous le nom de Henry Prince. (Dempsey, 1976, p. 626)

Les traités numérotés de 1 à 11 signés entre les Premières Nations et la Couronne se sont échelonnés sur la prériode de 1871 à 1921. Au Manitoba, les traités 1 à 6 et le traité 10 sont signés entre 1871 et 1910.

1872 Le Dominion Lands Act donne de l'envergure à l'immigration et à la colonisation de l'Ouest assurant 160 acres de terre à quiconque s'établit sur la terre et la cultive. (Fumoleau, 1973, p.24) Cette loi ne s'applique pas là où les droits des Amérindiens n'ont pas été cédés (extinguished). (Dickason, 1992, p. 371) Cette restriction provient d'une stipulation (article 14 de l'Ordre en Conseil du 23 juin, 1870). (Pettipas, 1988, p. 154)

1873 Le traité 3 de l'ouest ontarien est signé.

La création de la North West Mounted Police.

E. H. Meredith, sous-ministre du Ministère de l'Intérieur, adopte les recommandations de Alfred Selwyn, directeur du Geological Survey of Canada, qui avait proposé que l'élevage était un métier souhaitable pour les Amérindiens permettant ainsi qu'ils passent du nomadisme à l'agriculture par l'étape intermédiaire de pasteurs. (Carter, 1990, p.50)

Création du département des Affaires indiennes au sein du ministère de l'Intérieur. Ce département devient un ministère proprement dit en 1880. (Carter, 1990, p.50 et Pettipas, 1988, p. 91)

1874 Le traité 4 du sud de la Saskatchewan est signé.

L'arrivée de la Police Montée du Nord-Ouest et l'établissement du Fort MacLeod en Alberta.

1875 Le traité 5 du centre et de l'ouest du Manitoba est signé.

1876 Promulgation de la Loi sur les Indiens faisant des Premières Nations une sorte de «colonies internes» complètement dépendantes du gouvernement fédéral. Les autochtones du Canada deviennent des citoyens «mineurs» voués à l'assimilation graduelle. (Peelman, 1992 p.249) La loi statue sur la définition de l'Indien et sur l'administration et le contrôle des terres des réserves et de ses habitants.

Le traité 6 du centre de la Saskatchewan et de l'Alberta est signé.

Bataille du Little Big Horn aux États-Unis.

1877 Le traité 7 du sud de l'Alberta est signé.

1878 La migration des bisons vers le nord est interrompue par l'armée américaine.

1879 Nicholas Flood Davin reçoit le mandat du gouvernement canadien de faire une étude sur les écoles résidentielles aux États-Unis et de consulter les autorités religieuses à ce sujet.

1880 Création du Ministère des Affaires Indiennes. Voir 1873. (Goulet et Peelman, 1983, p.138 et Pettipas, 1988, p. 92)

La politique agricole du surintendant des Affaires indiennes, Hayter Reed, appelée la Peasant Farming Policy, préconise de limiter une ferme indienne à une seule acre de blé, une partie d'une acre de légumes et de tubercules comestibles et une vache ou deux. Ceci devait suffire pour un fermier et sa famille. Voir aussi 1889. (Buckley, 1992, p.52-53)

Croyant le croissant fertile (de la fourche des rivières Rouge et Assiniboine à Edmonton en passant du long de la Saskatchewan nord) comme seul terrain propice à l'agriculture et le sud, un terrain arid et impropre à l'agriculture, on propose l'octroi des réserves amérindiennes dans les régions éloignées du territoire destiné à la colonisation, c'est à dire au sud de la Saskatchewan. Lorsque M. John Macoun réussit à convaincre que le sud est une région de riches terres arables, le tracé du CPR est déplacé vers le sud. (Carter, 1990, p.55 et suivantes.)

1883 Le juriste québécois, Thomas-Jean-Jacques Loranger formule le principe de continuité selon lequel la Confédération ne créait pas la juridiction des provinces mais les prolongeaient vu qu'elles préexistaient à l'union. (Dusseault et Erasmus, 1993, p.23)

Un groupe d'une église chrétienne comprenant certains chefs amérindiens de la Colombie Britannique demande au surintendant des Affaires indiennes de bannir les «potlatch». (Grant, 1984, p.140)

Le CPR traverse la réserve des Pieds-Noirs.

1884 Acte à l'effet de conférer certains privilèges aux bandes les plus éclairées... 47 Victoria, chapitre 28. (Goulet et Peelman, 1983, p.140)

Le gouvernement canadien interdit les «potlatch». (Grant, 1984, p.140)

1885 Soulèvement de Batoche.

Un sytème de permis est mis en vigueur permettant de contrôler les transactions financières des Amérindiens (l'achat et la vente de tout biens). Voir aussi 1890.

1887 Aux États-Unis, le Dawes Severalty Act accorde à chaque Amérindien un nombre d'acres de terre et met le restant des réserves à la disposition des colons. (Carter, 1990, p.11)

1888 The Severalty Policy du Canada : Le commissaire aux Affaires indiennes, Hayter Reed, propose de subdiviser les réserves en fermes individuelles.

1889 La Peasant Farming Policy limite la production agricole des Amérindiens. Voir aussi 1880.

1890 L'ordination du premier Amérindien dans l'Église catholique, Edouard Cunningham.

Des mesures sont prises interdisant les cérémonies autochtones. (Dickason, 1992, p.326-327)

Massacre de Wounded Knee aux États-Unis.

Au cours des années 1890, on introduit le système de permis, c'est-à-dire, la permission écrite qu'un Indien devait avoir pour vendre ses produits ou acheter du bétail ou de l'équipement. Voir aussi 1885. (Buckley, 1992, p. 52-53)

Amendement à la Loi sur les Indiens habilitant le gouverneur en conseil de déclarer les lois de la chasse et de la pêche (game laws) du Manitoba et des Territoires du Nord-Ouest applicable aux Amérindiens. (Dickason, 1992, p.372) Un amendement à la section 16 stipule qu'on ne peut octroyer que 160 acres à un Indien. (Carter, 1990, p.203)

L'Indien est payé en «chits» plutôt qu'en argent. Ces «chits» peuvent être échangés contre des produits ou des objets achetés au magasin. Ce système ne disparaîtra complètement que dans les années 1950. (Buckley, 1992, p.53-54)

1894 La Loi sur les Indiens est amendée rendant obligatoire l'éducation des Amérindiens. (Dickason, 1992, p.334)

1895 Interdiction du rituel d'endurance de la dance de la soif (Thirst dance). (Dickason, 1992, p.326)

1896 Grève de Rabbit Creek (Bonanza Creek plus tard) déclenche la ruée vers l'or. (Dickason, 1992, p.371)

1899 Le Traité 8 est signé portant sur le territoire du nord de l'Alberta, le nord-est de la Colombie-Britannique, le nord-ouest de la Saskatchewan et une petite partie des Territoires du Nord-Ouest.

On déclare que l'Australie était territorium nullius au moment du contacte, ne reconnaissant pas l'occupation du sol par des clans. (Pettipas, 1988, p. 78)


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps