Logo SHSB

« Mon père le Frère Télesphore Mulaire chez les Petits Frères de Marie ou Maristes à Poughkeepsie (New York), 1917-1922 »

Par Bernard Mulaire, membre de la SHSB, Montréal, le 15 décembre 2019
Publié le 3 janvier 2020

 

Télesphore Mulaire, 15 ans (1917)

Télesphore Mulaire, 15 ans, avant son départ pour Poughkeepsie,
photo du studio WW Robson Photo, Winnipeg, 1917.
Photo collection B. Mulaire.

Joseph-Hilaire Mulaire de Saint-Pierre au Manitoba notait, dans un calepin qui lui servait de journal, que son fils Télesphore était parti le 22 juin 1917 « pour le juvénat » et, le 23 juin, « départ de Winnipeg pour le juvénat ». Par le mot juvénat, Joseph-Hilaire désignait l’établissement des Frères Maristes à Poughkeepsie dans l’État de New York. Y aller signifiait non seulement étudier, mais s’engager dans la vie religieuse et vouer sa vie à l’enseignement.

Né le 22 novembre 1901, Télesphore (mon père) n’avait alors que 15 ans. Il était le cinquième d’une famille de 12 enfants.

La Société des Petits Frères de Marie, connus plus simplement sous le vocable « Frères Maristes des Écoles », avait été fondée dans le diocèse de Lyon, en France, en 1817, par l’abbé Marcellin Champagnat. Par après, était fondée la société parallèle des Prêtres Maristes. La mission des Frères était l’éducation des enfants pauvres des campagnes et des quartiers ouvriers des villes. Ils essaimèrent rapidement de par le monde.

Leur première installation en Amérique du Nord fut celle d’Iberville au Québec, établie en 1885, suivie en 1886 par celle de Lewiston (Maine). La maison de Poughkeepsie, ville située le long de la rivière Hudson, allait devenir le centre administratif des Frères dès le début du XX e siècle.

La loi française de 1905 instituant la séparation des Églises et de l’État, par laquelle les Frères perdirent leurs biens en France, incita un contingent à poursuivre son œuvre en Amérique, à l’instar d’autres congrégations qui s’implantèrent, entre autres, au Manitoba.

Les Frères Maristes furent attirés au Manitoba en 1910 pour enseigner au Collège de Saint-Boniface, dirigé par les Jésuites. Les heureux élus, sous la férule du bien-nommé Frère Boniface, et avec la protection de Mgr Adélard Langevin, se chargèrent des cours d’anglais et de commerce, ainsi que de la musique et de l’orchestre.

Trois ans plus tard, le curé Jean-Marie Jolys de Saint-Pierre, ayant perdu pour son école de garçons les services des Frères de la Croix de Jésus, se tourna vers les Frères Maristes. Notons que la Province de l’Amérique du Nord des Frères Maristes fut divisée en 1911, formant au nord la Province du Canada et, au sud, la Province des États-Unis. Le Manitoba et l’établissement de St. Michael à Montréal restèrent alors sous le giron américain (Note 1). En mai 1917, le Frère Ptolémeus, provincial à Poughkeepsie, profita d’un séjour à Saint-Pierre pour rencontrer les familles. Son espoir : recruter des candidats.

L’élève Télesphore devait montrer des dispositions pour les études et la vie consacrée, et ses parents, appuyer le projet. D’autres garçons de Saint-Pierre allaient tenter l’aventure, en particulier Eugène Préfontaine, un bon ami de Télespĥore, et des dénommés Turenne, Renuart et Laroche, ce dernier étant le seul à rester éventuellement dans la congrégation.

Catherine Mulaire née Lacerte, vers 1920

Catherine Mulaire, née Lacerte, vers 1920. Archives provinciales du Manitoba.

Joseph-Hilaire, le père de Télesphore, comprenait l’importance de l’éducation. Sa mère Catherine Mulaire, née Lacerte, avait été enseignante (on la reconnaît aujourd’hui comme une enseignante laïque pionnière du Manitoba). Dans sa jeunesse, elle avait étudié chez les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie à Longueuil au Québec. Lui-même alphabétisé, il a laissé des cahiers et des calepins contenant les paroles de chansons et une chronologie des événements marquants de sa famille.

De son côté, Télesphore n’ignorait pas l’univers de la vie religieuse. À l’hiver de 1913, il était allé rejoindre sa sœur Évélina, inscrite à l’Académie Sainte-Marie des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (S.N.J.M.) à Winnipeg. Le couvent s’élevait rue Notre Dame East entre le pont Provencher et la rue Main. Leur sœur aînée Imelda avait suivi le même parcours qu’Évélina avant d’entrer au noviciat des S.N.J.M. à Hochelaga, Montréal. En échange de menus travaux effectués autour du couvent, Télesphore fut hébergé et nourri (il s’empiffrait de fruits et de friandises) tout en fréquentant l’école de la paroisse francophone du Sacré-Cœur angle Bannatyne et Lydia que les mêmes religieuses dirigeaient. On imagine le garçon empruntant la longue rue Notre-Dame pour s’y rendre.

Imelda Mulaire, 1920

Imelda Mulaire, à gauche, dans la buanderie de l’Académie Sainte-Marie,
rue Notre-Dame East, Winnipeg, vers 1913.
Archives provinciales du Manitoba :
St. Mary's Academy Collection, Item No. 27, Negative 17096.

Télesphore Mulaire et ses frères et soeurs, 1917

Télesphore Mulaire avec ses frères et sœur avant son départ pour Poughkeepsie, 1917. Derrière : Télesphore et Emery.
Devant : Joseph, Marguerite et Jean-Marie.
Archives provinciales du Manitoba.

Dans une photo de Télesphore et de certains de ses frères et une de ses sœurs prise vraisemblablement juste avant son départ pour Poughkeepsie, il affiche un air attristé. Par contre, une photo officielle prise chez le photographe WW Robson de Winnipeg fait voir un jeune garçon sûr de lui, les cheveux fraîchement taillés.

Une fiche du « U.S. Department of Labor, Immigration and Nationalities » remplie à Montréal le 25 juin 1917 atteste de l’entrée de Télesphore aux États-Unis. Il mesure cinq pieds trois pouces, ce qui indique qu’il n’avait pas encore atteint sa pleine maturité. Il est French du Canada, originaire de St. Pierre-Joli [sic] au Canada, ainsi que fils de Joseph du même nom et du même lieu. Déclaré student, il a payé lui-même son passage en Class-E (économique?), emporte 10 $, et se dirige vers le St. Ann’s Hermitage situé sur Hyde Park Rd. à Poughkeepsie. L’immigration est perm, c’est-à-dire permanente.

D’autres fiches révèlent qu’il était accompagné de deux Frères Maristes. Baptiste Gere (ou Gire), teacher, âgé de 36 ans, et originaire de « St. Martin » en France (Note 2), était déclaré French du Canada, avait vécu jusqu’alors à Saint-Pierre, mais était arrivé à N.Y.C. (la ville de New York) en 1903; il avait 100 $ sur lui. Alfred Pigache, 36 ans, avait un frère (?) nommé Achille à Otterburne, au Manitoba, et possédait 50 $.

Un quatrième document intitulé « List or Manifest of Alien Passengers Applying for Admission », émis par le U.S. Department of Labor, Immigration Services, rempli à Montréal, atteste aussi de leur entrée aux États-Unis.

Le trio voyageait en train et, Class-E oblige, l’un des frères, selon les souvenirs de mon père, transportait sur son dos des chaudrons pour qu’ils se fassent à manger le long des rails durant les arrêts du train.

St. Ann's Hermitage, Poughkeepsie, New York

St. Ann’s Hermitage, Poughkeepsie (New York).
Photo tirée du Web : http://library.marist.edu/archives/MHP/hermitage/Largehermimage.html

Peut-être à l’image du voyage, Télesphore allait connaître à Poughkeepsie une existence des plus spartiates. La propriété des Frères comprenait une ancienne villa que l’on avait agrandie, mais la vie des Frères marchait au pas militaire. Levée dès 4 h 30 pour les prières matinales, repas frugaux pris en silence. Par devoir d’autosuffisance, les Frères se chargeaient de toutes les tâches d’entretien et autres. Télesphore se souviendra des innombrables heures passées à sarcler entre les rangs de fèves et d’arbres fruitiers, tout en entendant par les fenêtres de l’école les Frères enseigner à des élèves plus fortunés. Heureusement, un pique-nique annuel brisait un peu la monotonie au début des vacances de l’été.

Le cursus comprenait trois étapes : le juniorat pour les 13-14 ans, le noviciat pour les 15-17 ans, durant laquelle période le postulant prenait l’habit (une soutane munie d’un rabat blanc sur la poitrine) et prononçait ses vœux d’obéissance. Puis venait le scolasticat à 18 ans, étape qui comprenait des études pouvant mener à l’obtention d’un certificat en enseignement. À ce moment, les frères pouvaient être assignés uniquement à des tâches manuelles pendant quatre ans, ou enseigner (sans formation). Nul besoin, donc, de souligner la jeunesse des effectifs.

La fiche de l’élève Télesphore, conservée aux archives des Frères Maristes à Roselle au New Jersey, indique qu’il entra à St. Ann’s le 26 juin 1917 et au noviciat le 14 avril 1918. Il prit l’habit (cérémonie de vêture) le 26 juillet 1918 (à 16 ans) et prononça ses vœux temporaires le 27 juillet de l’année suivante. Le souvenir familial propose qu’il fut assigné à l’école St. Joseph des Frères à Haverhill au Massachusetts en 1919. Selon l’archiviste des Frères, il y fut envoyé en tant que Chef. Or, le « Fourteenth Census of the United States » pour la ville de Haverhill, en date du 12 janvier 1920, le déclare teacher. De toute façon il était dans les normes que les enseignants assument également les tâches manuelles.

Frère Télesphore Mulaire dans sa classe, ca. 1919

Le Frère Télesphore Mulaire dans sa classe, vers 1919. Photo collection B. Mulaire.

En plus de Télesphore, huit autres Brothers enseignaient alors à l’école St. Joseph située sur Oak Terrasse; cinq étaient originaires de France, dont le principal. Trois provenaient du Canada. Ceux-ci comprenaient Télesphore, son ami de Saint-Pierre Eugène Préfontaine et un dénommé Jacques P. Pepin. En 1920-1921, Télesphore est teacher à la St. Joseph’s Grammar School de Lowell au Massachusetts.

Pourquoi le Massachusetts? Rappelons que les Frères Maristes se consacraient aux enfants pauvres. Les Frères des États-Unis enseignaient ainsi à New York à des petits Irlandais et Canadiens français. À New York, les ressortissants de la province de Québec jouissaient même de leur propre paroisse dédiée à saint Jean-Baptiste. Depuis le milieu du XIX e siècle jusqu’au début du XX e la Nouvelle-Angleterre avait attiré des centaines de milliers de Canadiens français cherchant à gagner leur pain en travaillant dans les usines de textile. Pour aider les enfants à s’intégrer à la vie américaine, les Frères Maristes leur enseignaient l’anglais, même que le cursus offert aux plus vieux l’était entièrement dans cette langue, excepté la religion.

On en conclut que Télesphore a reçu sa formation et enseigné surtout en anglais. Ma sœur Flora se souvient que notre père, quoique parfaitement bilingue, emportait toujours à la messe un livre de prières rédigé en anglais.

En Nouvelle-Angleterre, Télesphore put retrouver des membres éloignés de la famille Mulaire. L’aïeul Charles Mulre, originaire du Duché de Brunswick en Allemagne, et mercenaire à la solde des Britanniques, s’était établi dans la région de Yamaska au Québec à la fin du XVIII e siècle. Son petit-fils Joseph Miller alias Mulaire, coureur des bois (aussi dit « commerçant »), épousa Catherine Lacerte à Saint-Joseph LeRoy dans le Dakota du Nord en 1862. Suivant les habitudes de la famille métisse de Catherine, le jeune couple remonta vivre dans la région de la Rivière-Rouge. À la même époque, le frère et la sœur de Joseph, Édouard et Eugénie, migrèrent avec leurs familles vers la Nouvelle-Angleterre.

Catherine communiqua avec la famille de Joseph dès après leur mariage, de telle sorte que les branches canadienne et américaine restèrent en contact – certains Mulaire américains visitèrent même les Mulaire à Saint-Pierre -- , si bien que mon père racontait comment sa grand-tante Eugénie (épouse Desjarlais) avait été bonne pour lui durant ses années passées en Nouvelle-Angleterre. Celle-ci vivait à Providence au Rhode Island. De plus, il est probable qu’il ait assisté au 50 e anniversaire de mariage de son grand-oncle Édouard célébré à Hooksett (New Hampshire) le 20 juin 1920, parce qu’il avait reçu une invitation personnelle. De plus, il conservait une photo d’Édouard et de sa famille prise à cette occasion. Cette photo a été déposée au Centre du Patrimoine.

À la pêche aux écrevisses, août 1921

Le Frère Télesphore Mulaire en visite dans sa famille à Saint-Pierre,
pêchant des écrevisses avec sa mère et ses frères et sœur, août 1921.
Photo collection B. Mulaire.

Télesphore revint dans sa famille à l’été 1921 en passant par Poughkeepsie. Il arriva à Saint-Pierre le 30 juillet. Un malheur avait frappé les siens durant son absence, soit la mort de son frère aîné Jean-Baptiste, survenue au front sous le drapeau anglais. De plus, Télesphore n’avait pas vu grandir ses jeunes frères et sœurs, cependant qu’un petit nouveau, aussi prénommé Jean-Baptiste à la mémoire de l’autre, était né en 1920. Leur père avait vieilli et, à l’étonnement de Télesphore, il se montrait beaucoup plus présent auprès des enfants, jusqu’à jouer par terre avec eux. Des photos ont capté une escapade familiale près de la rivière montrant le jeune Frère Télesphore (Note 3), en soutane, pêchant des écrevisses.

Télesphore rentra à Lowell le 16 août, sans doute le cœur lourd. Dans une carte postale qu’il envoya à ses parents le 13 septembre, il n’en laissa rien paraître. Les classes venaient de reprendre et il comptait une quarantaine d’élèves, tous petits, mais un peu bavards à ses dires, et trois ou quatre grands. « Je suis bien content, écrivait-il. La santé est excellente. » Le 3 février 1922, toujours optimiste, il leur écrivait : « Ici tout va à la perfection. »

Frère Télèsphore et ses élèves - album 6, PA 837

Le Frère Télesphore Mulaire avec ses élèves, vers 1921-1922.
Photo SHSB, PA 837, album 6.

L’enseignement dans les écoles de la Nouvelle-Angleterre, cependant, était semé d’embûches, car les mill boys, dont la plupart ne fréquentaient pas plus que la sixième année, s’absentaient souvent pour travailler en usine. On devine la difficulté rencontrée par les Frères, obligés de composer avec les allées et venues de leurs élèves qui accusaient souvent de grands écarts d’âge.

La « perfection » n’allait donc pas durer et, le 19 juin 1922, Télesphore quitta la congrégation. Il n’avait pas prononcé ses voeux perpétuels. Le 18 juillet, le supérieur des Frères Maristes à Lowell, Brother Francis Regis, rédigea une lettre de recommandation à son intention : « It is hereby certified that Mr. Telesphore Mulaire has ever been to date an upright, honest and trustworthy young man and the only pleasure I feel in his withdrawal lies in the statement of his doctor that the open air life will be beneficial to his impaired health. »

Frère Télesphore Mulaire, ca. 1922

Le Frère Télesphore Mulaire, vers 1922. Photo collection B. Mulaire.

Impaired health? En fait, une de ses sœurs (Évélina/Sr Marie-Séverine) racontera qu’il montrait des signes de tuberculose. Une autre, toutefois, (Thérèse) intimera que la vie chez les Frères et l’enseignement ne lui convenaient plus. Elle dira même « qu’il en avait tout simplement ‘ras le bol’ ». Foin de la « perfection »? La vérité combine peut-être ces deux explications.

Télesphore Mulaire, ca. 1922

Télesphore Mulaire posant sur un pont d’acier en Nouvelle-Angleterre, vers 1922.
Photo collection B. Mulaire.

Avant de quitter la Nouvelle-Angleterre, Télesphore serait-il allé saluer sa grand-tante Eugénie ou son grand-oncle Édouard? Une photo le montre, en effet, posant en costume de ville sur un pont d’acier semblable au Albion Bridge de Pawtucket (Rhode Island) limitrophe à Providence où Eugénie habitait ou au Lilac Bridge de Hooksett (Massachusetts) où Édouard habitait. Et aurait-il profité d’un arrêt à Montréal pour rendre visite à sa sœur Évélina, en religion Sœur Marie-Séverine chez les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie? À son retour à Winnipeg, Télesphore utilisera deux cartes postales montrant des vues de la métropole.

Famille Joseph-Hilaire Mulaire

Joseph-Hilaire Mulaire entre ses fils Emery et Télesphore, 1922;
devant : Joseph, Marguerite et Jean-Marie.
Photo collection B. Mulaire.

Sans certification ni expérience de travail monnayable, Télesphore, âgé de 20 ans, se retrouva démuni. Dans un premier temps, il aurait tenté sa chance aux travaux agricoles en Saskatchewan, puis le 9 octobre 1922, dans une carte postale illustrée d’une photo de l’Hôpital Saint-Boniface, il apprenait à ses parents qu’il y avait obtenu un emploi de conducteur d’élévateur (liftier). Il recevait 30 $ par mois, nourri et logé, et semblait s’en satisfaire malgré les maux de tête que son travail lui occasionnait!

Télesphore Mulaire devant l'hôpital - PA 837

Télesphore Mulaire, "liftier", devant l'Hôpital Saint-Boniface, vers 1922-1923.
Photo SHSB, PA 837.

Par la suite, Télesphore travaillera à la coopérative St. Pierre Trading Co. Ltd., puis à la Coopérative De Salaberry Ltée et, de 1953 à 1962 (jusqu’à son décès), de nouveau à l’Hôpital Saint-Boniface, en poste à la réception et à l’expédition des marchandises. Son épouse Cécile (nièce de son ancien ami Eugène Préfontaine) – ils s’étaient mariés à Saint-Pierre en 1934, lui à 33 ans, elle à 23 ans -- était téléphoniste à l’accueil.

Ainsi, la boucle était bouclée.

Télesphore Mulaire et Cécile Préfontaine nouvellement mariés, 1934.
Photo collection B. Mulaire.

Notes

1. Des Frères Maristes ont œuvré à Saint-Norbert au Manitoba. Vœgtle, p. 195.
2. Parmi les Frères Maristes assignés à Saint-Pierre, on compte Stylien Gire de Saint-Martin de Fugère en France. Voir Jolys-Côté, p. 212.
3. Sa sœur, Sr Marie-Séverine, l’appellera « le Frère Wilfrid Télesphore », selon ses deux prénoms. 

 
Sources
 
L’auteur a puisé à ses archives personnelles. Il remercie Julie Reid, archiviste, SHSB, pour son aimable collaboration et il exprime sa reconnaissance envers les personnes suivantes qui lui ont fourni de témoignages et documents au cours de ses recherches entamées en 1973 : Bro. Donnell Neary, Provincial of the Poughkeepsie Province, Espous (New York); Bro. Vincent Damian, archiviste, Marist Brothers, Roselle (New Jersey); Dawn B. Jordan, Special Collections, Haverhill Public Library, Haverhill (Massachusetts); feu sa mère Cécile Mulaire de Saint-Boniface ainsi que feu ses tantes Sr Marie-Séverine, s.n.j.m., de Winnipeg et Thérèse Ross de Saint-Boniface, de même que feu Sr Marie Sainte-Valérie, p.m., de Hudson au New Hampshire. Sa sœur Flora Gaudry de Langley en Colombie-Britannique et son neveu Rossel Mulaire de Monterrey au Mexique lui ont fourni d’importantes informations ainsi que Roger Léveillé de Winnipeg.
 
Principaux ouvrages consultés 
 
Comité du livre de Saint-Pierre-Jolys, Saint-Pierre-Jolys, Manitoba : Au fil du temps, 2005
 
Famille Emery Mulaire et Rose Tétrault : Reflets du passé, Réalités d’aujourd’hui, Promesses d’avenir, avec un avant-propos de Marguerite Mulaire, snjm, août 2006, s.l., imprimé par Globally Boundless
 
Jolys-Côté, J,-M., et Côté, J.-M., Pages de souvenirs et d’histoire : La paroisse de Saint-Pierre-Jolys au Manitoba, s.é., [1974]
 
Vœgtle, Leonard A., Go to the Land I Will Show You: The Marist Brothers in the United States, vol. I, New York, Marist Press, 1995
 
Concernant Catherine Mulaire née Lacerte
 
Voir Diane Michelle Boyd, The Rise and Development of Female Catholic Education in the Nineteenth-Century Red River Region: The Case of Catherine Mulaire, a thesis submitted to the Faculty of Graduate Studies in partial fulfillment of the requirements for the degree of Master of Arts, Department of History, University of Manitoba, Winnipeg, 1999. 
 

Autres textes de Bernard Mulaire sur le site Web de la SHSB

2019 

-- « Suzanne Gauthier »,  http://shsb.mb.ca/Au_pays_de_riel/personnages/Suzanne_Gauthier

-- « Un mariage à Saint-Jean-Baptiste (Manitoba) le mardi 9 août 1910 chez les Toupin-Préfontaine-Gatton : un clan endogame », http://shsb.mb.ca/Blogue/Mariage_St-Jean-Baptiste_1910

2018

-- « Les 'arazzi' du Petit Séminaire de Saint-Boniface : un outil pédagogique remarquable », http://shsb.mb.ca/Au_pays_de_riel/sujets/Arazzi

-- « Les œuvres du peintre Ozias Leduc au Manitoba et en Saskatchewan : Sacré-Cœur bénissant, anges adorateurs, rideaux de scène et autres mésaventures », http://shsb.mb.ca/Au_pays_de_riel/personnages/Ozias_Leduc

-- « Le portrait de Louis Riel par l'abbé Joseph Chabert : à la croisée des destins », http://shsb.mb.ca/Au_Pays_de_Riel/Personnages/Portrait_Riel_par_Chabert

-- « Le Saint-Hubert de la duchesse d'Uzès : Une sculpture académique française de la fin du XIXe siècle à Saint-Boniface », http://shsb.mb.ca/Au_Pays_de_Riel/Sujets/Duchesse_d-Uzes

-- « Les Saint-Pierrois et le Miami Boom des années 1920 », http://shsb.mb.ca/Blogue/Saint_Pierrois_et_Miami_Boom

-- « Les artistes franco-manitobains et les collections institutionnelles de Winnipeg en 2017 : un aperçu », http://shsb.mb.ca/Au_Pays_de_Riel/Sujets/Artistes_franco-manitobains_par_Bernard_Mulaire


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps