Logo SHSB

Transcona

Vue d'ensemble de l'usine CNR à Transcona - SHSB 8386

Dès 1910, l’archidiocèse de Saint-Boniface achète du terrain à une courte distance de la ville de Winnipeg, vers l’est, à Transcona, lorsqu’il n’y avait que les rues Regent, Leola et Madeline. Peu de temps après, le premier curé résident de la paroisse Notre Dame de l’Assomption y célèbre la première messe avec 125 catholiques du village, le 20 août 1911. Après ce premier rassemblement, les paroissiens décident qu’une première église et un presbytère sont nécessaires et la construction de ces deux édifices religieux est terminée le 10 décembre 1911.

Première église et premier presbytère - SHSB 60502

Le village de Transcona a été incorporé en 1912, lorsqu’il y avait environ 1600 habitants. Le nom du village a été choisi en fusionnant les noms du Chemin de fer National Transcontinental et celui de Lord Strathcona, un homme qui a joué un grand rôle dans la construction du chemin de fer au Canada. Les premiers pionniers de la paroisse de l’Assomption étaient assez nombreux, en raison de l’emplacement du terrain par rapport au chemin de fer. Certains de ces pionniers inclut, M. Joseph Maranda, M. Adélard Paul, M. Napoléon Forest et M. Pierre Martin.

Religieuses devant l'école de l'Assomption - SHSB 60612

En 1913, il y a d’excellentes nouvelles de l'ouverture d'autres usines, qui accélère la migration vers Transcona. Mais, avec l'augmentation de la population, il y a un manque d’une école suffisamment grande, alors les élèves étaient éparpillés un peu partout dans la communauté là où il y avait des locaux disponibles. Grâce aux arrangements faits par Louis Lee, prêtre associé à la Commission scolaire, on permet aux élèves francophones-catholiques de fréquenter l'école publique de Transcona pour des demi-journées. Cette accommodation dure jusqu'en 1924, lorsque l'école paroissiale de l'Assomption est ouverte sous la direction des Sœurs oblates de Marie Immaculée.
 

Nouvelle école de l'Assomption - SHSB 60546 A

L'édifice utilisé pour cette école est la salle Somerville, qui avait été déménagé de son emplacement original vers le terrain de l'église de Notre-Dame de l'Assomption. L'école est restée ouverte jusqu'en 1932, mais elle doit fermer ses portes temporairement suite à des problèmes financiers causés par la Grande Dépression. Elle ouvre ses portes de nouveau en 1934 et une nouvelle école est construite en 1957. Par contre, les élèves de l'école Assomption doivent retourner dans l'ancienne école en 1960, lorsque les paroisses St. Joseph the Worker et Blessed Sacrement sont créés. La paroisse de St. Joseph the Worker est établie en 1958 pour les catholiques anglais et polonais de l'ouest et du sud de Transcona. En 1960, Blessed Sacrament, à qui l’école est vendue par la paroisse de l’Assomption, est établie pour les Anglais et les Italiens de l'est et du nord. Ainsi l'Assomption demeure la paroisse française pour la région.

Centre culturel Assomption - SHSB 60604

L'électricité n’arrive à Transcona qu'en 1956. En 1962, une nouvelle église et presbytère sont bénits. En 1972, une nouvelle salle paroissiale ouvre ses portes, le Centre culturel de l'Assomption. La Caisse de Transcona est constituée le 26 juin 1961, avec son premier emplacement au sous-sol du presbytère jusqu'en 1966. Elle déménage ensuite à la salle paroissiale jusqu'à ce qu'elle soit fusionnée avec la Caisse populaire de Saint-Boniface en 1973.
 
Une résidente de Transcona et une paroissienne de Notre-Dame de l'Assomption, Béatrice St-Amant (née Cyr) a été surnommée la « Florence Nightingale » du Manitoba. Après le décès de son mari, elle reprit sa carrière d'enseignement, jusqu'à ce que son fils soit atteint de l'épilepsie à l'âge de cinq ans. Donc, elle a dû quitter son emploi en enseignement et a déménagé à Transcona vers 1939, afin de prendre soin de lui à temps plein. À l’époque, il n'y avait pas d'institution qui offrait de l'aide aux épileptiques. Donc, c'est avec l'appui et l'encouragement des Sœurs Grises et du Club Kiwanis de Saint-Boniface qu'elle fait réparer et transformer sa maison, qu'elle nomma « Maison Youville ». C'est là qu'elle a accueilli une vingtaine d'enfants atteint de l'épilepsie et d’handicaps physiques ou mentaux. 

Boisvert, Normand. (2015) Écoles à caractère francophone au Manitoba depuis 1818.

Comité de rédaction 75e anniversaire. (1986). Notre-Dame de l'Assomption 1911-1986: 609, rue Leola, Transcona. Winnipeg, MB.

Engstrom, Carol et al. Blessed Sacrament Parish, Blessed Memories. 2008

Gauthier, Maurice. (1987). De la table de cuisine à la rue principale : 50 ans d'histoire des caisses populaires du Manitoba 1937-1987. Manitoba : Conseil de la coopération du Manitoba.

Service des affaires publiques/Manitoba Hydro. (s.d.). L'histoire de l'électricité au Manitoba. Winnipeg, MB: Winnipeg Hydro.


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps