Logo SHSB

Otterburne

Station de train à Otterburne en 1946, Fonds Joseph-Albert Pilon, c.s.v., PA 819

Le nom d'Otterburn apparaît sur une carte de 1876 le long de la ligne du chemin de fer CP. L'année suivante le carte l'indique correctement, Otterburne. En 1879, un bureau de poste ouvre sur le quart de section 19-6-4. 

La région est d'abord connu à l'époque de l'abbé Joseph-Noël Ritchot sous le nom de «L'établissement de la Rivière-aux-Rats». Vers 1870 seulement quelques colons habitent le territoire qui allait devenir Otterburne. En 1872, les familles Tourond et Vermette s'installent. En 1877, ce sont les familles  Dufresne et Noël Tétrault qui arrivent. En 1878, dix nouvelles familles s'établissent dont Gédéon Gobeil. Une liste d'électeurs de 1876 donne les noms suivants : Georges Ayotte, Marcel Roy, Augustin Carrière, Jacques Tourond, Gabriel Dauphinais, Joseph Tourond, Édouard Elemond, Alexis Vermette, Maurice Henry,  Pierre Vermette, Guillaume Lafournaise, Toussaint Vermette, Alexis Lamirande, Venant Nadon et Boniface Nault. Les propriétaires qui avaient obtenu des terres grâce aux partitions faites sous l'abbé Joseph-Noël Ritchot voient leur concession contesté par les agents du Gouvernement du Canada qui font arpenter à nouveau le territoire en 1877. Après bien des démarches les choses commencent à ce régler en 1882.

Établi le long de la ligne de chemin de fer allant de Saint-Boniface à Saint-Paul, Otterburne bénéficie, dès 1877, d'un service de trains régulier.  Avec le chemin de fer, Otterburne profite aussi du télégraphe installé en 1878. Des élévateurs sont érigées pour le marché du grain, des moulins à grain sont bâtis et le commerce se développe. En 1879, P.N. Gavreau tient une épicerie et Joseph Zirbes, premier maître de poste, gère une maison de chambre à louer. En 1880, Ben Ladouceur ouvre un hôtel. On y trouve aussi en 1884 une fromagerie tenue par Carey & O'Reily. Barré et Migneault ont une crèmerie, les frères Michaud sont forgerons.  En 1891, Placide Carrière est vendeur de machines agricoles. En 1918, City Dairy construit une nouvelle crèmerie. La première institution financière est la Banque d'Hochelaga. D'autres commerces ont suivi : de 1945 à 1956, Canada Packers ouvre un plan de traitement des pois verts; le Marc's Sales and Service de Marcel et Eleonora Raffard depuis 1976, pour la vente d'équipements agricoles usagers; le M. and I. Draperies commencé en 1974 par Paul et Irène Dupuis; la Plomberie Roy de Marcel et Charlotte Roy et la criblerie d'antoine Morin devenu Morin Seed Farm.Otterburne en 1946, Fonds Joseph-Albert Pilon, c.s.v., PA 819

En 1908, un téléphone publique est disponible au magazin d'Andrew Moir, sur la rue principale. Les communications s'améliorent avec la construction du King Edward Highway en 1934 qui sera nommé le numéro 59 en 1952. Avec l'arrivée des chemins et des routes, les propriétaires de voitures se multiplient. Une compagnie de camionnage assure le transport de marchandise de toutes sortes commencée par Alphonse Gagné et qui sous le nom d'Otterburne transfer de main en main devient la propriété de Pierre LaRoche en 1962. Le nom change à Messagerie Pierre puis à Messagerie Otterburne. En 1965 Léon Parisien devient propirétaire de l'entreprise et elle cesse d'exister en 1967.

L'éducation prend de l'importance avec la construction, en 1880, de l'école de Saint-Pierre Nord sur le lot no 4. Les premières institutrices étaient Hermine Vinet (1880) et Elisa Vinet (1881). Les premiers commissaires étaient Joseph Tourond, Martin Jérôme et Placide Carrière. En 1937 l'école Saint-Pierre Nord change de nom à Saint-Viateur Est. Celle-ci ferme en 1959. Une autre école desservait la région, l'école Otterburne Ouest, fondée en 1889. Elle ferme en 1966. Une école du village est ouverte à Otterburne même. Avec les agrandissements et l'augmentation du nombre d'élèves, cette école est prise en charge en 1950 par les religieuses Missionnaires Oblates de Marie Immaculée. Avec les changements démographiques, les classes du secondaire sont fermées en 1960 et l'école ferme ses porte en 1975. Cette année-là, les soeurs Oblates quittent Otterburne.

Maison Saint-Joseph en 1947 - SHSB 1597En 1912, l'établissement de la Maison Saint-Joseph à Otterburne par les Clercs de Saint-Viateur donne à Otterburne un rayonnement provincial servant tour à tour d'orphelinat, d'école agricole. d'école secondaire, puis d'école publique. En 1957, la Maison Saint-Joseph change de nom et devient le Collège Saint-Joseph. Le Collège pouvait recevoir jusqu'à 175 pensionnaires. En 1967, avec le refus du statut d'école secondaire, le Collège ferme ses portes et est vendu en 1970 au Winnipeg Bible College.

Dans les années 30, l'élevage des renards argentés est bien rentable. Émile Roy, Albert Banville, Hilaire Robidoux, Léo Carrière et Alfred Genest s'y adonnent. On trouve aussi des tentatives d'élevage du vison.

C'est le 21 octobre 1934 qu'une paroisse est créée à Otterburne, la paroisse de Saint-Viateur. Elle se forme du démembrement de Sainte-Agatne, Sainte-Pierre et Saint-Antoine d'Aubigny. Son premier curé est Louis Évariste Lauzon c.s.v. qui sera remplacé en 1940 par Maurice Lalonde c.s.v., puis Albert Denis c.s.v. succède de 1947 à 1954. 

En 1938, la première Caisse populaire d'Otterburne ouvre ses portes sous la présidence de Mathias Bérard et celle-ci est dissoute en 1941. Une deuxième caisse populaire ouvre en 1945 et son premier président est Joseph Laroche. 

Région foncièrement agricole, parmi les cultures qui ont connu un certain succès, à part les céréales, il y a eu les concombres, la bettrave à sucre et les pois verts.

Le 16 mars 1967, Manitoba Telephone System modernise son système de téléphone passant des lignes à plusieurs abonnés à des lignes individuelles privées et du téléphone à manivelle au téléphone à cadran. L'élévateur brûle en 1971.

Evelyne C. Beaudoin, Otterburne Hier... Aujourd'hui, Saint-Boniface, 1987, 313 p.

Maurice Gauthier, De la table de cuisine à la rue principale 50 ans d'histoire des caisses populaires du Manitoba 1937-1987, Conseil de la coopération du Manitoba, Saint-Boniface, [1988], 459 p.


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps