Logo SHSB

Louis Bernardin

Louis Bernardin est né à Élie, MB, le 18 juillet 1934, neuvième enfant d'une famille de douze. Il avait cinq ans quand la deuxième guerre mondiale fit déclarée. Trop jeune pour y participer, il se souvient de quelques aspects de la guerre, du point de vue des agriculteurs, tel que le système de rationnement, un système de coupons instauré afin de subvenir aux besoins de tous. Il se souvient des échanges de coupons, et questionne le système, tout en mentionnant que "les gens de la ville se plaignaient beaucoup plus que les gens de la campagne car nous avions les produits de la ferme."  Il mentionne également le rationnement de l'essence pour les voitures.
 
A mesure que la guerre durait, Louis Bernardin remarqua dans son autobiographie que l'absence d'hommes se faisaitt remarquer, surtout pour les travaux dans les champs, en disant que "nombreuses étaient les femmes qui entreprenaient les travaux des champs pour combler l'absence d'hommes qui étaient partis au front."  Les prisonniers de guerre allemands étaient aussi mis en service. Débarqués du train à la gare d'Élie, un groupe de prisonniers fut logé près de chez lui, et travaillaient aux champs. "Je me souviens qu'ils étaient venus chez nous pour donner un deuxième coup de pioche à nos betteraves. Fallait pas qu'ils se pressent trop, car le champ n'était pas tellement grand (25 à 30 acres). Quelques minutes avant le repas du midi, pris dans les champs, le père était allé chercher une couple de caisses de 24 bouteilles de bière. Vous auriez dû voir le sourire sur le visage de ces hommes. La journée d'ouvrage terminée, ils s'en retournèrent au camp" . 
 
Près, d'Élie, à Portage-La-Prairie, il y avait une école de pilotage, fondée en juillet 1942 sous les auspices du British Commonwealth Air Training Plan. Le jeune Louis voyait souvent les avions d'entraînement jaunes évoluer dans le ciel manitobain. Ces apprentis pilotes, originaires des multiples pays membres du Commonwealth britannique, deviendraient membres de la RAF ou de la RCAF après leur entraînement.
 
Louis Bernardin travailla pendant 14 ans comme télégraphiste pour la CNR, puis comme directeur de l'hôpital général de Sainte-Anne et de la Villa Youville pendant 27 ans.

Bernardin, Louis (2008) Mon train de vie, auto-publié.


Enregistrer/Marquer

Centre du patrimoine, 340, boulevard Provencher, Saint-Boniface, (Manitoba) R2H 0G7 - T 204-233-4888 - ©2010 - Société historique de Saint-Boniface
Voici la photo du Centre du patrimoine sur Google Maps